Parallèles

Par

Les 12, 13, 14 et 19, 20, 21 décembre 2014, le centre d'art l'Atelier d'Estienne invite l'association Multi-Prises pour une carte blanche dans le cadre de le fête des lumières !

 

Intitulée "La société des lumières", cette exposition collective se déroulera dans 3 chapelles de Pont-Scorff dès la nuit tombée.

la-societe-des-lumieres.jpg.

Pour plus de détails et la programmation exacte, rendez-vous sur le site de l'atelier d'Estienne.

Par

mda.jpgJe viens de rédiger un article en deux parties sur le webzine de mon association Multi-Prises où je fais état de la condition d'artiste plasticien en France.
Précarité, magouilles, administration tordue et perdue, sont au coeur du quotidien d'un artiste plasticien. C'est ce vécu que j'ai tenté de décrire dans cette première partie (une seconde proposant des perspectives pour l'avenir arrivera d'ici quelques jours) où je tente d'apporter un éclairage pour ceux qui en savent pas ce qu'est être artiste plasticien en France. Pour ceux qui vivent, comme moi, ce quotidien, ce peut être aussi l'occasion de partager une expérience que je pense commune.

Les deux parties des articles sur Multi-Prises : Etre artiste en France - Partie 1 : Et toi tu fais quoi ? - Etre artiste en France - Partie 2 : Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?

« Et toi, tu fais quoi ? »

Question piège, à laquelle j'ai toujours beaucoup de mal à répondre. Alors je déroule mon rituel : un petit silence de quelques secondes, une lente respiration, un sourire forcé, puis je réponds « alors moi c'est compliqué... »

Pourquoi est-ce si compliqué d'avouer que l'on est artiste ? Pourquoi me sentirais-je gêné d'avouer ma véritable profession, puisqu'après tout j'ai les diplômes, le numéro de SIRET, j'ai tous les papiers qui prouvent légalement que je suis artiste plasticien, enregistré à la Maison des Artistes. En vérité ce malaise en cache un bien plus profond : la profession d'artiste plasticien n'existe pas vraiment en France.

Lorsqu'on choisit une filière artistique après le lycée, on est prévenu dès le départ « oulalaaaaa » nous disent les conseillers d'orientation, « oulalaaaa » nous disent nos parents, « oulalaaaa » nous dit la société en général.
Oulalaaa parce que cette filière ne rentre dans aucune case, les conseillers ne savent pas quels documents nous donner pour nous aider à se vendre sur le marché du travail, les parents s'inquiètent de notre avenir, et c'est clairement un problème qui va se poser pour trouver sa place dans la société. Pourtant j'ai choisi le chemin le plus sûr en choisissant une école publique : un Master en poche et mes papiers d'affiliation à la maison des artistes validés, me voilà totalement en règle pour faire valoir mon métier d'artiste plasticien.

Et c'est là que les problèmes commencent..

Lire la suite sur le site...

Par

Noir Statues s'est produit à l'Octopus à Lorient samedi 13/09. Une centaine de personne s'est déplacée pour assister à l'événement.
Le concert a duré 45 minutes et était rediffusé en direct sur une télévision pour les autres salles du bar.

Noir Statues à l'Octopus 2014 Noir Statues à l'Octopus 2014 Noir Statues à l'Octopus 2014 Noir Statues à l'Octopus 2014 Noir Statues à l'Octopus 2014

Le concert en vidéo (45 minutes) :

Par

J'ai été invité par le FRAC Bretagne, les Champs Libres et le Musée de Bretagne à réaliser et à animer des stages vidéos avec des jeunes (14 à 17 ans).

Voici leur film :

Filmez court, cadrez serré ! from Frac Bretagne on Vimeo.

Un projet ambitieux

Dans le cadre d'un projet national (les portes du temps), cet atelier faisait découvrir aux jeunes l'espace du musée, une introduction à l'art en général, le tout en les faisant participer à la réalisation de leur propre film.

D'une durée de 4 jours par stage, les jeunes devaient ainsi visiter l'exposition du lieu dans lequel ils travaillaient (exposition de Raymond Hains au FRAC, L'instant de voir aux Champs Libres, Quand l'habit fait le moine au Musée de Bretagne), puis commencer à réaliser un scénario, des décors et des histoires en prélevant des éléments dans l'espace d'exposition.

Filmez-court, cadrez serré Stage 2 Stage 2 Stage 3 Stage 2 Stage 2 Stage 2 Stage 2
Stage 2 Stage 2 Stage 2 Stage 2 Stage 1 Stage 1 Stage 1 Stage 1
Stage 1 Stage 3 Stage 3 Stage 1

Le résultat donne un unique film en trois actes d'une très grande qualité. Les jeunes ont véritablement saisi le défi à bras le corps et ont dépassé nos espérances.
Nous nous attendions à un résultat de 3-4 minutes par stage. La créativité débordante des jeunes nous a littéralement submergé en offrant un film de plus de 20 minutes (soit environ 8 minutes par atelier).

Au final, les jeunes ont assisté à la projection de leur film le 16 septembre dernier aux Champs Libres, puis sont repartis avec leur film en DVD et avec des images plein la tête.

Si vous voulez plus de détails, n'hésitez pas à faire un tour sur le blog spécialement consacré au projet : filmez-court, cadrez serré.

Par

Noir Statues s'est produit en concert samedi 30 août au festival Zoophoniq !

Retrouvez notre groupe dans la compilation du festival Zoophoniq, avec plein d'artistes de talent à découvrir.

Par

A fleur de peau est une installation vidéo réalisée lors de l'exposition l'Âge de Faire à l’Écurie (Saint Jean Brévelay).


[2014] A fleur de peau par I7b

 

L'installation est composée d'un plancher sur lequel est reprojeté sa propre image, contrastée et saturée.
Lentement, au rythme d'une respiration, l'image alterne entre grands aplats blancs et la texture exagérée. De cette manière, se crée un rythme qui oscille entre une décomposition, comme si le plancher vieillissait et se faisait dévorer par de la moisissure et un état de rajeunissement, où le blanc vient lisser les planches de ce sol déjà hors d'âge.

Le principe de cette projection repose une fois encore sur la notion de texture, déjà présente dans Echo² ou dans d'autres pièces que j'ai pu réaliser en installation. Le plancher, en devenant le support de sa propre image, met en lumière ses spécificités. Les nervures du bois, les imperfections, les zones teintées différemment, sont alors soulignées par la vidéoprojection.

 

A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014
A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014
A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014

Par


[2014] Echo² par I7b

 

Echo² est la poursuite du travail de superposition et de compression de l'espace vidéo déjà entamé entre autres dans Echo (2011).

Voilà déjà plusieurs années maintenant que je poursuis ce travail, presque politique, sur l'envie de contredire l'idée reçue que le numérique est quelque chose d’immatériel, de flottant. Je n'ai que trop souvent entendu dire (même lors de mon diplôme) que mon travail, de part le fait qu'il se fait sur des supports numériques, était très éloigné du travail manuel collé à l'artiste, avec cette vieille définition du XIXème de l'artiste virtuose faisant de l'or avec ses mains. Aujourd'hui, même si cette définition correspond plus à l'artisanat, on entend encore de vieux réflexes archaïques : "Oui, mais vous ne touchez pas de vos mains". Le débat est stérile mais les clichés ont la vie dure et c'est aussi pour cette raison que je continue, avec acharnement, à réaliser ces vidéos mélangeant un travail très technique et une ouverture sur un rendu plus poétique.

Dans la précédente version de 2011, je me contentais de remettre chaque image en fonction de sa position par rapport à la précédente. La séquence révélait alors chaque image du film (chaque ligne correspondant à une image, 25 lignes représentent 1 seconde de film) mettant en avant la composante première de la vidéo : une suite d'images fixes.

Cette fois-ci la technique va plus loin, en replaçant de manière beaucoup plus précise chaque image du film à l'endroit exact où elle a été filmée. Comme pour Echo (premier du nom), il se dessine une sorte de couloir, correspondant à un portrait de la séquence vidéo. Ici j'ai usé de techniques de motion capture, avec des outils que l'on retrouve dans le cinéma, afin d'obtenir un couloir qui dessine exactement le trajet que j'ai parcouru lorsque j'ai filmé. De cette manière j'obtiens un couloir en 3D devant lequel je place une caméra fixe qui observe ainsi le film partir à l'horizon.

bateau-atelier.jpg



Au final le rendu s'avère très différent de la première version, puisque l'espace vidéo est beaucoup plus discernable. Chose étrange, il y a presque deux parties qui se dessinent : la partie haute, qui s'ouvre sur un univers très pictural, non sans rappeler les reflets des arbres dans les peintures de Monet. On retrouve un amalgame que j'avais déjà souligné dans d'autres de mes vidéos où la matière numérique, composée de pixels se rapproche énormément du pointillisme.

 

TombRaider1.jpgA cette partie, très liquide, vient se heurter la seconde moitié de l'image, avec des éléments plus grossiers, mais plus discernables (je veux dire par là moins abstraits). On retrouve ici une des composante de la matière vidéo/numérique : les pixels. J'aime faire le parallèle avec Tomb Raider (plusieurs personnes me l'ont aussi indiqué spontanément, donc je ne pense pas me tromper) ou tout autre jeu datant de cette époque du tournant de la 3D avec un affichage très flottant et pixelisé (j'en parle d'ailleurs ici dans mon article sur Standalone Post).

 

Au final, le but premier de l'ensemble de mon travail me semble atteint : montrer les spécificité de cette matière numérique, présenter son ouverture sur un univers vaste et infini tout en insistant que le numérique EST matériel, puisqu'il est manipulable, transformable et que ses enjeux plastiques peuvent être transposables à d'autres types d'art.

 

1901-02allee_jardin_giverny.jpg
Allée du Jardin de Giverny, 1901, Claude Monet

Par

_DSC00253.jpg

 

Affiche l'âge de faireL'Âge de Faire est une exposition à laquelle je participe avec quatre autres artistes de mon association. Le temps d'un week-end, du 7 au 9 juin 2014, nous investissons l’Écurie, lieu d'exposition à Saint-Jean Brévelay (56).

L'Âge de Faire... des bêtises, des histoires, des rêves, des jeux, des envies...

Lâchez un groupe d'enfants dans un grenier, ils vous en feront un royaume. Celui de la création. Qui, plus jeune, ne s'est pas construit un repaire secret ? Un grenier, une cave, un arbre, une chambre, aucune frontière à notre imagination. S'emparer d'un lieu, écouter ce que les murs nous murmurent à l'oreille afin d'y faire "récit". Devenir capitaine sur le pont d'un bateau, les draps fleuris de mamie battant dans l'aire de notre imaginaire. Raconter ou se raconter, voilà le choix des artistes de Multi-Prises.

Pour cette occasion, cinq d'entre eux s'installent, les maîtres d'écurie leurs ont donné les clés du château. Ils poussent les meubles, roulent les tapis, emballent la faïence et décrochent les tableaux. Place aux artistes. Maintenant c'est à eux de faire...

Plus de détails sur le site de Multi-Prises...

 

Quelques images de ce que j'y présenterais :

Echos n°2 Surface Arbres

Par

festivaloodaaq-72dpi.jpgPour sa quatrième édition le Festival Oodaaq déplie ses voiles et réédite sa formule originale et passionnante : durant 10 jours, dans toute la ville de Rennes, des événements, rencontres, débats, expositions, projections et autres sont dévoilés à un public averti ou totalement néophyte. En effet, en choisissant de s'installer dans les lieux publics, le Festival Oodaaq propose aux passants de s'arrêter, ne serait-ce que quelques instants et de profiter des images vidéos, d'images nomades et poétiques.

Jetez un coup d'oeil sur le programme en cliquant ici

Vous pouvez aussi faire un tour sur le site de l'association pour vous faire votre propre avis sur la question et regarder les photos des précédentes éditions.

--

Pour ma part, je serai invité par le festival pour une projection-conférence le lundi 19 mai à 18h au FRAC Bretagne :
une analyse comparative fera entrer en dialogue des œuvres vidéo provenant de la collection du FRAC et du fonds de vidéos de l’Œil d’Oodaaq.

Par

noirstatues.fr
soundcloud.com/noir-statues