Parallèles

Critiques

Une vision des artistes plasticiens en France

mda.jpgJe viens de rédiger un article en deux parties sur le webzine de mon association Multi-Prises où je fais état de la condition d'artiste plasticien en France.
Précarité, magouilles, administration tordue et perdue, sont au coeur du quotidien d'un artiste plasticien. C'est ce vécu que j'ai tenté de décrire dans cette première partie (une seconde proposant des perspectives pour l'avenir arrivera d'ici quelques jours) où je tente d'apporter un éclairage pour ceux qui en savent pas ce qu'est être artiste plasticien en France. Pour ceux qui vivent, comme moi, ce quotidien, ce peut être aussi l'occasion de partager une expérience que je pense commune.

Les deux parties des articles sur Multi-Prises : Etre artiste en France - Partie 1 : Et toi tu fais quoi ? - Etre artiste en France - Partie 2 : Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?

« Et toi, tu fais quoi ? »

Question piège, à laquelle j'ai toujours beaucoup de mal à répondre. Alors je déroule mon rituel : un petit silence de quelques secondes, une lente respiration, un sourire forcé, puis je réponds « alors moi c'est compliqué... »

Pourquoi est-ce si compliqué d'avouer que l'on est artiste ? Pourquoi me sentirais-je gêné d'avouer ma véritable profession, puisqu'après tout j'ai les diplômes, le numéro de SIRET, j'ai tous les papiers qui prouvent légalement que je suis artiste plasticien, enregistré à la Maison des Artistes. En vérité ce malaise en cache un bien plus profond : la profession d'artiste plasticien n'existe pas vraiment en France.

Lorsqu'on choisit une filière artistique après le lycée, on est prévenu dès le départ « oulalaaaaa » nous disent les conseillers d'orientation, « oulalaaaa » nous disent nos parents, « oulalaaaa » nous dit la société en général.
Oulalaaa parce que cette filière ne rentre dans aucune case, les conseillers ne savent pas quels documents nous donner pour nous aider à se vendre sur le marché du travail, les parents s'inquiètent de notre avenir, et c'est clairement un problème qui va se poser pour trouver sa place dans la société. Pourtant j'ai choisi le chemin le plus sûr en choisissant une école publique : un Master en poche et mes papiers d'affiliation à la maison des artistes validés, me voilà totalement en règle pour faire valoir mon métier d'artiste plasticien.

Et c'est là que les problèmes commencent..

Lire la suite sur le site...

Critique cinéma : Jeune et Jolie - sur multi-prises.fr

affiche-Jeune-jolie-2013-1.jpg

Une critique du film Jeune et Jolie, un film de François Ozon actuellement à l'affiche à lire sur multi-prises.fr.

Ce film a beaucoup fait parler de lui car il parle d'un sujet un peu tabou : la prostitution d'une adolescente. La critique a été assez contrastée, certains jugeant le film trop voyeuriste ou carrément pornographique (comme le Nouvel Obs entre autres), d'autres affichant tout le contraire en présentant le film comme étant subtil et intelligent (comme Télérama par exemple).
Personnellement, j'ai plus été du second avis tant le film ne donne, à aucun moment, de leçons ni d'explications sur le choix de cette adolescente.

[...]

Lire la suite sur multi-prises.fr

 

James Bond : ma critique sur la nouvelle saga

Une chronique cinéma pour traiter d'un film actuellement au cinéma, le nouveau James Bond : Skyfall.

James bond
Un flingue, des femmes, des voitures, un Bond
et une légère dose de testostérone

Avant de parler de ce 23ème opus, je voudrais revenir sur le nouveau cycle entamé avec l'arrivée de Daniel Craig (le 6ème acteur à interpréter James Bond), qui correspond, selon moi à une cassure nette avec le genre vieillissant et moribond de la licence 007.

Avant Casino Royale (qui est le premier film du nouveau cycle avec Daniel Craig), je voyais les films de James Bond plus comme une sorte d'hommage nostalgique à l'époque de la guerre froide. Le schéma classique du bloc de l'est affrontant celui de l'ouest était, même avec les films interprétés par Pierce Brosnan, la trame narrative classique de tous ces opus. Jusqu'alors Bond représentait un agent secret dans ce qu'il a de plus "classe" : belles voitures, beaux costumes, un dragueur hors pair, toujours avec un verre de Martini-vodka (mélangé au shaker, pas à la cuillère), se débarrassant de ses ennemis avec un coup de révolver, sans effusion de sang.

L'image de Bond était donc presque celle d'un super héros, symbole ultra-machiste d'un homme, un vrai, riche, fort séduisant et intelligent qui sauve la monde.

Le problème avec cette image c'est qu'elle a réellement fait son temps. Déjà la scission est-ouest n'existe plus, ensuite le schéma machiste véhiculé par Bond est réellement devenu cliché voire kitch. Même si j'ai toujours autant de plaisir à regarder les anciens 007 (ça dépend, il y en a aussi de très mauvais), j'avoue que ce type de scénarios devient, à force, lassant.

Par ailleurs, l'arrivée de licences concurrentes, nettement plus "fraiches", telles que la trilogie Jason Bourne (la mémoire dans la peau, la mort dans la peau, la vengeance dans la peau) ont réellement mis James Bond au placard, dans la catégorie "antiquités à dépoussiérer de temps à autre".

C'est alors que sort, en 2006, Casino Royale, premier volet du cycle Daniel Craig, qui casse littéralement les codes de l'agent 007 et ce pour plusieurs raisons.

Lire la suite de l'article sur multi-prises.fr

Enquête diplômés DNAT/DNAP - Ministère de la culture

Les anciens étudiants en art le savent sûrement, mais le ministère de la culture a mandaté un organisme privé pour réaliser un sondage auprès des anciens étudiants en art ayant obtenu leur diplôme. Cet étude est réalisée tous les ans (ou tous les deux ans) et a pour but de pouvoir donner des chiffres sur l'insertion professionnelle des jeunes diplômés.

Cela pourrait être une bonne idée, si seulement les chiffres récoltés n'étaient pas arrangés (je ne dis pas modifiés, juste présentés sous un bon angle) afin de faire briller les apparences et présenter une belle façade de ce qu'est un cursus d'études artistiques.

Vu que je ne répond jamais à ces enquêtes (que je trouve bidon), je reçois régulièrement ce genre de courriers :

Ceci est une relance à destination des diplômés n’ayant pas répondu à l’enquête. Merci infiniment d’y prêter  attention et de répondre au questionnaire.

Bonjour,
Le Département des écoles supérieures d'art et de la recherche de la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture souhaite connaître les parcours des étudiants issus du réseau des écoles supérieures d'art dont elle assure le contrôle pédagogique après l’obtention de leur DNAP ou DNAT.
Pour ce faire, la DGCA a confié au cabinet XXXX Conseil la réalisation d'une étude sur un échantillon de 14 établissements à l'échelle du territoire national, portant sur les conditions de la poursuite de parcours académiques au sein ou hors des écoles d'art et de l'insertion professionnelle des étudiants titulaires du DNAP ou du DNAT diplômés en 2009 ou 2010.
Nous vous contactons afin de vous demander de participer à cette enquête en renseignant le questionnaire auquel vous aurez accès en vous connectant sur le site Internet dédié
http://www.lenomdusite/lenquete.html
Nous vous remercions par avance de votre participation et de l'intérêt que vous porterez à cette enquête dont les réponses seront traitées de façon tout à fait anonyme, conformément à la déontologie en vigueur.

Cordialement,

Y. L.
Sociologue
Consultant

Un peu agacé par ces nombreuses relances, je me suis décidé à leur répondre :

Bonjour,

comme vous le signalez je n'ai pas répondu au précédent questionnaire, malgré les nombreuses relances que vous avez émises.

Je ne le ferai pas.

Ce questionnaire, ou plutôt ce qui en est fait, participe selon moi à un vaste programme de désinformation. Les chiffres qui sont émis, je les connais, je les cite aux parents lors des forums d'orientation :

"plus de 80% des étudiants qui ont obtenu un DNSEP ont trouvé un travail en moins de 2 ans dans le secteur culturel au sens large".

Quelle blague ! Je suis graphiste freelance (affilié à la maison des artistes), ce qui me vaudrait de faire partie de ces fameux 80%. J'ai des amis qui ont trouvé des petits boulots de 8h par semaine pour donner des cours d'art plastique aux enfants, eux aussi y rentreront.

Sous ces beaux chiffres se cache une autre réalité. Graphiste freelance est un boulot alimentaire, qui permet à peine de payer le loyer. Les petits "plans" que les anciens étudiants se trouvent sont juste des appoints, le reste du temps, ils bossent en tant que livreurs de pizzas ou autres jobs.

Quand on parle du cursus professionnel qui suit après 5 ans d'études en art, il ne faut pas citer de chiffres !

Les chiffres on peut leur faire dire ce que l'on veut, selon la manière dont on les présente. Ce n'est donc qu'un pur mensonge. Dans ma promotion, sur 16 diplômés, seuls 2 ont véritablement trouvé un travail en CDI qui leur permet d'envisager une carrière professionnelle. Et ces deux anciens étudiants ont du coup abandonné toute production artistique.

La formation en école d'art est une formation non professionnalisante, point.
Les écoles d'art forment des artistes avant tout. Une école d'art apporte à un étudiant une réflexion personnelle et plastique, lui permettant de réaliser une création plastique individuelle, unique et de qualité. Cette formation peut servir dans d'autres professions, mais ne propose pas et ne proposera jamais de débouchés directs.

Car ce que ces chiffres ne disent pas c'est qu'être artiste c'est un métier. C'est un métier dont on ne vit pas (ou très mal) et qui implique de s'engager dans des solutions alternatives pour pouvoir survivre. Soit en complétant par un travail alimentaire à mi-temps, soit en mettant de côté toute idée de luxe ou d'achats superficiels.

Alors oui, ce que je dis ne rassure pas les mamans lors des forums d'orientation. Ce que je dis ne fait pas briller les belles directives du ministère de la culture qui veut une formation avec des débouchés (encore une preuve évidente de la méconnaissance du législateur à notre égard). Mais ce que je dis est la réalité.

Alors non, je ne répondrai pas à votre questionnaire. Car il ne propose ni les bonnes questions ni les bonnes réponses.

En vous souhaitant une agréable journée !


--
Thomas

A ce jour, j'attends toujours une réponse à mon mail...

Sélection cinéma

Depuis le temps que je voulais le faire, j'ai enfin trouvé le temps (et le courage) de faire une liste des films coups de cœur année par année. En guise de bonus j'ai aussi mis les films que j'ai vraiment détestés. C'est une liste non exhaustive, d'abord parce que je n'ai pas vu tous les films sortis chaque année (ça on s'en doute) mais surtout parce que je n'ai pas mis les films que je trouvais moyens ou sans intérêt.

2011 :

Le film coup de cœur : Melancholia

J'ai aimé
  • 127 Hours Official Poster.jpg127 Heures
    Dany Boyle
  • affiche-93-la-belle-rebelle.jpg93, la belle rebelle
    Jean-Pierre Thorn
  • affiche-Melancholia-2010-4.jpgMelancholia
    Lars Von Trier
  • DriveDrive
    Nicolas Winding Refn
  • source_code_original.jpgSource Code
    Duncan Jones
  • la-piel-que-habitoLa Piel Que Habito
    Pedro Almodovar
  • the-artist-affiche.jpgThe Artist
    Michel Hazanavicius
J'ai trouvé très mauvais :
  • Black Swan - Darren Aronowski - Déjà vu et ennuyant
  • Sucker Punch - Zack Snyder - Du Zack Snyder...
  • The Tree of Life - Terrence Mallick - Du vrai-faux mystique sur fond de pub Areva
  • Transformers 3 - Michael Bay - Et 1 et 2 et 3... zéro
  • Super 8 - J.J Abrams - De l’esbroufe et du déjà vu
  • Paranormal Activity 3 - Henry Joost, Ariel Schulman - Même critique que transformers 3

2010 :

Le film coup de cœur : L'illusionniste

J'ai aimé
  • 208_112526.jpgBright Star
    Jane Campion
  • 4929031992_7fcea9ed08.jpgLe bruit des glaçons
    Bertrand Blier
  • 4c35e6a0d5454.jpgDes hommes et des dieux
    Xavier Beauvois
  • affiche-mammuth.jpgMammuth
    Kervern et Delépine
  • l-illusionniste-5755-1853542911.jpgL'illusionniste
    Sylvain Chomet
  • Machete Poster 1.jpgMachete
    Robert Rodriguez
  • outrage.jpgOutrage
    Takeshi Kitano
  • socialisme.jpgFilm socialisme
    Jean-Luc Godard
  • splice_affiche.jpgSplice
    Vincenzo Natali
  • tournee.jpgTournée
    Mathieu Amalric
J'ai trouvé très mauvais :
  • La Rafle - Rose Bosch - Ou comment tricher avec les vrais drames pour faire des entrées
  • Alice au pays des merveilles - Tim Burton - Actrice insipide et film ennuyant
  • Iron Man 2 - Jon Favreau - Très décevant par rapport au 1er
  • Inception - Christopher Nolan - DE-ception
  • The Social Network - David Fincher - Un film sans vagues pour redorer (un peu) le blason de Mr Facebook

2009 :

Le film coup de cœur : Discrict 9

J'ai aimé
  • 19051798_w434_h_q80.jpgTokyo Sonata
    Kyoshi Kurosawa
  • 2254584521_small_1.jpgThe Wrestler
    Darren Aronowski
  • 9782014633801.jpgLà haut
    Pete Docter
  • affiche-1.jpgLe ruban blanc
    Michael Haneke
  • affiche-2.jpgOSS-117
    Michel Hazanavicius
  • affiche-les-demineurs.jpgDémineurs
    Katheryn Bigelow
  • affiche-un-prophete.jpgUn prophète
    Jacques Audiard
  • district-9.jpgDistrict 9
    Neil Blomkamp
  • gran-torino-teaser-poster.jpgGran Torino
    Clint Eastwood
  • la_vague_film.jpgLa vague
    Dennis Gansel
  • mary-et-max-17596-687403708.jpgMary & Max
    Adam Elliot
  • morse.jpgMorse
    Thomas Alferson
  • public-enemies-postermin.jpgPublic Enemies
    Michael Man
  • the-limits-of-control-01.jpgThe Limits Of Control
    Jim Jarmush
  • very_bad_trip,4.jpgVery Bad Trip
    Todd Phillips
J'ai trouvé très mauvais :
  • Watchmen - Zack Snyder - Sans commentaire...
  • Dragonball Evolution - James Wong - Haha, c'était une blague non?
  • Transformers la revanche - Michael Bay - Un des meilleurs films de Michael Bay...
  • Inglourious Basterds - Quentin Tarentino - Grosse déception
  • Thirst - Park Chan Wook - Zut, sa filmographie était un sans faute jusque-là
  • 2012 - Rolland Emmerich - On en reparle en 2013
  • L'Imaginarium du docteur Parnassus - Terry Gilliam - Bof, c'est quoi le but là ?
  • Le vilain - Albert Dupontel - Ouille, c'est mauvais...
  • Paranormal Activity - Oren Peli - Je donne 10€ à celui qui s'endort pas devant
  • La route - John Hillcoat - Très bonne idée... malheureusement gâchée
  • Avatar - James Cameron - Tout le monde l'a vu, pas besoin de me justifier
  • Rec² - Jaume Balaguero - Du sous-sous-sous Blair Witch

2008 :

Le film coup de cœur : Speed Racer

J'ai aimé
  • 130213-b-rumba.jpgRumba
    Dominique Abel
  • 2149281933_3.jpgLe bon, la brute et le cinglé
    Kim Jee Woon
  • 50503_10604219307_7274473_n.jpgJCVD
    Mabrouk El Mechri
  • 57549-b-speed-racer.jpgSpeed Racer
    Andy et Larry Wachowski
  • 59316194.jpgValse avec Bachir
    Ari Folman
  • 71039_8907712172_7893264_n.jpgInto The Wild
    Sean Penn
  • affiche-iron-man.jpgIron Man
    John Favreau
  • affiche.jpgTonnerre sous les tropiques
    Ben Stiller
  • bons_baisers_de_bruges,0.jpgBons Baisers de Bruges
    Martin McDonagh
  • Cloverfield.jpgCloverfield
    Matt Reeves
  • deux-jours-a-tuer-30-04-2008-1-g.jpgDeux Jours à tuer
    Jean Becker
  • gomorra,0.jpgGomorra
    Matteo Garrone
  • hunger.jpgHunger
    Steeve McQueen
  • no_country_for_old_men-affiche.jpgNo country for old men
    Joël et Ethan Coen
  • post-513-1272488662.jpgSéraphine
    Martin Provost
  • Rocknrolla-locandina.jpgRock'n'Rolla
    Guy Richie
  • The-Mist-movie-poster.jpgThe Mist
    Franck Darabon
  • tokyo--affiche.jpgTokyo!
    Leos Carax, Bong Joon-ho, Michel Gondry
  • win0814poster.jpgThe Dark Knight
    Christopher Nolan
J'ai trouvé très mauvais :
  • Sweeney Todd - Tim Burton - Pitié, pas une chanson, noooooooon !
  • Soyez sympas, rembobinez - Michel Gondry
  • MR 73 - Olivier Marchal - Et surtout n'oubliez pas de voter FN après avoir vu le film
  • Indiana Jones 4 - Steven Spielberg - C'était quoi ça ?
  • Phénomènes - M. Night Shyamalan - Il a déjà fait un bon film lui ?
  • Diairy of the dead - Georges A Romero - C'était tellement mieux "zombies"
  • Babylon AD - Mathieu Kassowich - Kassovitch est parti pendant le tournage... ça en dit long
  • Le jour où la terre s'arrêta - Scott Derrickson - Mauvais remake
  • Burn after reading - Jeël et Ethan Coen - Quelqu'un a ri ?

2007 :

Le film coup de cœur : Sunshine

J'ai aimé
  • 115029-b-retribution.jpgRétribution
    Kyoshi Kurosawa
  • 127944-b-4-mois-3-semaines-2-jours.jpg4 mois, 3 semaines, 2 jours
    Cristian Mungiu
  • 18736402_w434_h_q80.jpgContre enquête
    Franck Mancuso
  • 20080422221757.jpgParanoid Park
    Gus Van Sant
  • 205vgwbl.jpgLettres d'Iwo Jima
    Clint Eastwood
  • 222509.jpgSunshine
    Dany Boyle
  • 5471.jpgJoyeuses Funérailles
    Franck Oz
  • 61320-b-shoot-em-up.jpgShoot'em up
    Michael davis
  • 74126_b11302a05284ad610d16a291bf417096.jpgJe suis un cyborg
    Park Chan Wook
  • affiche-Le-Fils-de-l-epicier-2007-1.jpgLe fils de l'épicier
    Eric Guirado
  • affiche_planet_terror.jpgPlanète terreur
    Robert Rodriguez
  • amer_beton,0.jpgAmer Béton
    Michael Arias
  • edenlog.jpgEden Log
    Franck Vestiel
  • Le_dernier_roi_d_ecosse_grande_cine.jpgLe dernier roi d’Écosse
    Kevin Macdonald
  • p010.jpgPersépolis
    Marjane Satrapi
J'ai trouvé très mauvais :
  • Apocalypto - Mel Gibson - Gibson en plein trip aux extas
  • L'Illusionniste- Neil Burger - Très très mauvais
  • Inland Empire - David Lynch - Long...
  • 300 - Zack Snyder - Subtil et harmonieux
  • Les Contes de Terremer - Goro Miyazaki - Pas bon le fils à papa
  • Spider man 3 - Sam raimi - Vive l'amérique
  • Boulevard de la mort - Quentin Tarentino - bof bof
  • Transformers - Michael Bay en force
  • 28 Semaines plus tard - Bouh que c'est mauvais
  • Je suis une légende - Une très très mauvaise adaptation

La mort de Steve Jobs

Je n'apprend rien à personne en disant que Steve Jobs, co-fondateur d'Apple est décédé mercredi dernier (il suffit d'ouvrir ses volets pour voir partout dans la rue la nouvelle de sa mort). Sentant le scoop qui fait vendre, la presse a sauté sur l'occasion pour faire de magnifiques discours et images pour saluer l'homme.

Je n'ai jamais été un grand fan d'Apple (ceux qui me connaissent se rappelleront sans doute ma verbe, ma médisance et mon acharnement à critiquer la pomme), mais je suis forcé de reconnaître certaines qualités dans ces produits. Il est vrai qu'Apple a sorti plusieurs produits phares, que la concurrence s'est empressé de copier et qui sont, aujourd'hui, devenus des outils quotidiens, mais il faut quand même se modérer :

Apple n'a pas inventé le smartphone, ils ont combiné tout ce qui se faisait en matière de technologie mobile et l'ont réuni dans un outil parfaitement fonctionnel (là était la nouveauté)

Apple n'a pas inventé l'OS (bon, là il y a eu plein de précurseurs)

Apple n'a pas inventé la souris (elle a été inventée en 1963 par Douglas Engelbart du Stanford Research Institute)

La marque à la pomme n'a fait qu'apporter, toutes ces années, ses pierres à l'édifice qu'est devenu aujourd'hui le monde du numérique. Apple a su innover pour présenter des produits fonctionnels et "beaux" et a réussi à créer une force de marketing à nulle autre pareille. Car oui, avant tout les produits Apple sont des concepts avant d'être des outils. Il suffit de voir leurs publicités pour en être convaincu :

ipad_slogan.PNG

pub-apple-maj-ultime.jpg

Campagnes agressives, slogans efficaces, bref, un véritable travail de marketing parfaitement orchestré. En gros, Apple fait de très belles machines et sait les vendre, et c'est tout.

Revenons maintenant à Jobs. Sa mort a suscité bon nombre de réactions dont voilà quelques perles:

"Steve était l'un des plus grands inventeurs américains, assez courageux pour penser différemment, assez audacieux pour croire qu'il pouvait changer le monde et assez talentueux pour le faire" B. Obama

"les 3 pommes de l’histoire: pomme d’adam, pomme de newton, pomme de steve" Un (ou plusieurs) internaute(s)

"Ce soir l'Amérique a perdu un génie dont on se souviendra comme d'Edison et d'Einstein [...]" Michael Bloomberg

Voilà justement l'objet de mon irritation. Non, Jobs n'est pas un homme qui a révolutionné le monde, il a juste vendu des ordinateurs (et des gadgets). Je me demande pourquoi, les médias, et les gens par extension, se sentent obligés d'exagérer de manière disproportionnée l'impact de cet homme sur le monde. C'était un patron d'une des plus importantes multinationale américaine, visionnaire certes, mais pour sa propre entreprise. Comment peut-on comparer, ne serait-ce qu'une seule seconde Jobs avec Einstein ? Einstein est l'homme qui a révolutionné la pensée de la science moderne avec sa théorie de la relativité, Jobs, lui, n'a fait que présenter de nouveaux objets de consommation et sachant créer un effet de besoin chez le consommateur. Et c'est extrêmement différent !

Ce n'est même pas lui qui a créé l'iPhone, l'iPad, l'iMac, il n'a fait que réunir et diriger des techniciens très talentueux pour fabriquer ces produits. Alors pourquoi lui attribuer ce mérite?

Il y a encore quelques années, on qualifiait de génie qui change le monde des hommes comme Gandhi, Luther King, des hommes qui ont payé de leur vie la volonté de faire avancer l'humanité. On qualifiait aussi en ce sens des inventeurs ou des scientifiques porteurs d'une pensée révolutionnaire qui a eu un impact notoire sur notre manière d'appréhender le monde : Einstein, Edison, Galilée, les Curie, etc... Pour les artistes c'est exactement la même chose, Duchamp à bouleversé notre rapport à l'exposition (ok, c'est réducteur), Picasso notre vision de la représentation en art, Robert Capa notre manière d'appréhender le monde qui nous entoure, etc...

Alors pourquoi, à notre époque, n'encensons nous plus les prix Nobel de Physique, de Mathématiques, et autres ? Connaît-on seulement leurs noms ? Notre société préfère élever au rang de Dieu un dirigeant d'entreprise, sorte de gourou de la technologie devant lequel tout le monde devrait se prosterner. Qu'est devenu notre vision du monde ? Où sont les penseurs, où sont les utopistes, où sont ceux qui veulent apporter quelque chose à notre société sans y étiqueter 99$ ? Car oui, Jobs nous a vendu des produits, il n'a rien donné et c'est très différent.

Alors oui, pour conclure, je déplore la mort de l'homme qui se battait depuis 2004 contre un cancer. Non, je ne considère pas son décès comme une perte pour l'humanité toute entière, c'est une perte humaine et c'est déjà pas mal !

Depth Affect - nouvel album : Draft Battle

draft_battle_00.jpg

Le 4ème album de Depth Affect sortira dans les bacs sur le label ADM à la fin du mois.

Draft Battle by DEPTH AFFECT

Depth Affect est un groupe de musique électronique créé en 2004 par Rémy Charrier et David Bideau. Ils ont sorti 4 albums à ce jour : Arche Lymb (2006), Hero Crisis (2008), Chorea (2010) et Draft Battle (2011). J'ai récemment rejoint le groupe pour faire leurs nouveaux thèmes visuels et pour 3 concerts (dont un à Moscou!). J'espère avoir bientôt des images des concerts pour vous monter le VJing sur lequel je travaille depuis quelques mois...
Pour info, la jaquette ainsi que la typo (paintball) sont réalisées par Jocelyn Cottencin.
Site officiel de Depth Affect
Le site de Jocelyn Cottencin : jocelyncottencin.com/

depthaffect_album_draftbattle.jpg depthaffect_ep_matter-of-tempo.jpg

Melancholia de Lars Von Trier

affiche-Melancholia-2010-4.jpgJe suis allé voir jeudi dernier Melancholia de LVT, ce film fait partie des meilleurs que j'ai pu voir cette année.

Au début le film commence un peu comme Tree Of Life (un film qui prétend montrer la beauté du monde sur fond d'écran Apple), j'avoue que j'ai eu un peu peur. Sauf que Lars Von Trier ce n'est pas Terrence Mallick et qu'il ne s'embourbe pas dans un discours niaiseux en filmant le soleil dans les arbres (quoi qu'il s'embourbe avec son discours sur le nazisme, mais c'est pas le propos du film). Les deux films sont assez similaires en apparence, mais leurs intentions divergent.

Tree Of Life propose de belles images pour nous faire croire que le monde est beau (n'est-ce pas un non-sens de montrer un monde esthétisé pour témoigner de sa beauté ?). Mallick nous montre alors une belle pub Areva comme il l'avait déjà fait avec Nouveau Monde (avec de belles phrases "Dieu, tu m'a tendu les bras", ressemblant trait pour trait aux slogans EDF "On vous doit plus que la lumière"). J'ai trouvé ce film moralisateur, peu subtil (balancer Lacrimosa après la mort d'un enfant c'est très très fin...), séduisant et esthétisant, bref extrêmement prétentieux.

Melancolia est à l'opposé une œuvre beaucoup plus noire. D'abord, les "belles" images sont très différentes, puisqu'elles sonnent plus comme des tableaux représentant les derniers moments de vie des personnages que comme une prétendue représentation du monde (d'ailleurs un des tableaux est issu directement du rêve d'un des personnages). Le côté romantique prend alors tout son sens et finit par se diriger, lentement, vers une mélancolie totale (le film est tout autant mélancolique que le personnage principal). Ensuite, le film se contente de témoigner de la fin du monde uniquement à travers 2 personnages (3 avec l'enfant). Melancholia part donc du petit pour aller vers le grand, à l'inverse de Tree Of Life (où le début du film nous dresse une carte de l'infiniment grand à l'infiniment petit en s'étalant sur une période allant de la préhistoire à nos jours, rien que ça!). C'est donc une œuvre qui, bien que traitant d'un sujet aussi lourd que la mélancolie, ne se perd pas dans un récit trop vaste en se concentrant sur l'essentiel : l'acceptation de la fatalité. En bref, un véritable remède pour ceux qui, comme moi, ont du mal à se remettre du film de Mallick.

110706_Melancholia.jpg

Si vous n'avez pas vu le film, je vous conseille de vous arrêter là, ça va pas mal spoiler.

L'histoire est volontairement simple : une planète du nom de Melancholia surgit de derrière le soleil et se dirige vers la terre, signant irrémédiablement la fin du monde. Pourtant, l'histoire ne se concentre que sur les deux sœurs, Justine (Kirsten Dunst) et Claire (Charlotte Gainsbourg), aux caractères (et aux physiques*) fondamentalement opposés : l'une sombre dans une mélancolie totale et accepte la fatalité comme une sorte de délivrance tandis que l'autre se bat contre un sort pourtant inévitable (la séquence où Claire tente de fuir la fin du monde avec une voiturette de Golf est des plus ridicule).

L'analogie entre les deux planètes qui se confrontent et les deux sœurs est d'ailleurs étonnante. La Terre, étonnamment petite face à Melancholia, serait Claire (très maigre) face à Justine (très plantureuse). Le destin des deux sœurs est scellé à l'instar de celui des deux planètes qui vont se heurter. Si je vais plus loin, je pourrai même dire que Claire a tout à perdre (elle a un enfant qu'elle veut protéger à tout prix), comme la Terre qui abrite la vie, alors que Justine, qui vient de massacrer sa carrière et son mariage (on pense d'ailleurs à Festen de Vinterberg pour la séquence du mariage) est comme Melancholia : un corps céleste sans vie (dans sa phase la plus basse Justine ne trouve même plus la force de marcher) qui précipite le monde dans sa propre chute.

Melancholia_-_14.jpg

Pour mettre un terme à tout espoir, LVT décide, dans une séquence très bien emmenée, de déclarer et de prouver qu'il n'existe pas de vie ailleurs. La collision des deux planètes signe donc l'anéantissement total de la vie dans l'univers. Et Trier décidera justement de terminer son film lors de la collision, comme si la disparition de la vie entrainait logiquement la disparition du film : il n'y a plus rien après.

La fin du film est d'ailleurs sublime : après avoir dressé un beau pied de nez à tous les films de catastrophe hollywoodiens (Claire propose d’assister à la fin du monde avec un verre de vin, très cliché, et se fait remballer par Justine qui lui propose plutôt "d'attendre dans les chiottes") Trier nous dresse une dernière image choc : les personnages, réunis dans une "cabane magique" assistent à l'arrivée fulgurante de l'immense planète qui remplit le ciel. La fragilité et la puérilité de la cabane (c'est l'enfant qui demande à ce qu'on la construise) entre en contraste direct avec cet immense corps qui fonce à une vitesse folle et dont le gigantisme dépasse l'entendement. Cette séquence sonne presque comme l'image même de l'inéluctabilité.

*D'ailleurs c'est moi ou Kirsten Dunst s'est fait refaire les seins ?

Blu-ray (DRM, le retour de la revanche qui contre-attaque)

Blu-ray logo

J'ai récemment acheté un graveur Blu-ray pour mon pc, acheté (en toute ignorance) chez Materiel.net. La bête était livrée avec un blu-ray promotionnel: Public Enemies (excellent film au passage).

J'ai reçu le tout chez moi assez rapidement et je me suis empressé d'installer l'ensemble (j'ai un peu galéré à le mettre à cause de tous les fils, disques durs et lecteurs dans ma tour, c'est le bordel là-dedans).

C'est alors que les choses ont commencées à se trouver pénibles. Le lecteur est détecté, lit les DVD et CD, impec... Seulement lorsque j'insère le magnifique BluRay dans mon lecteur tout neuf, ce dernier est détecté, mais aucun de mes lecteur ne veut le lire (VLC, The KMPlayer, MPC et même, après un grand sacrifice, MediaPlayer)....

Mais? Comment se fait-ce???

Après une recherche sur Google, je découvre la solution: INSTALLER CYBERLINK POWERDVD (dégueulasse)...

Horreur, seul ce lecteur pourri (il est vraiment atroce, lourd, buggué, non compatible avec aero et la touche espace ne sert pas à faire pause/lecture), a la license pour LIRE LES DRM DES BD (BLURAY DISC).

En continuant mes recherches, j'ai découvert toutes les spécifications nécessaires pour lire un BD sur un pc:

  • Un lecteur BDR (ça on s'en doutait)
  • une carte graphique compatible HDCP (c'est une norme propriétaire à la noix, qui n'a rien à voir avec la puissance de la carte. Tu peux avoir la meilleure carte graphique du monde, si elle n'est pas HDCP tu peux pas décoder le BD !)
  • Un lecteur propriétaire (et payant) à la noix, à savoir aujourd'hui seulement POWERDVD...

Pour les linuxiens et maqueux, c'est encore pire (sous Linux il faut bidouiller plein de trucs pour casser le code du BD, pour MacOS je crois que ce n'est tout simplement pas possible (à voir)).

Bref mécontent de cette entourloupe, j'ai laissé un commentaire (pas méchant, mais critique) sur le site de Materiel.net. J'y disais que le format était très contraignant et que Materiel.net était en tort de ne pas prévenir ses clients. Et devinez-quoi??? Il a été supprimé!!! Apparemment Materiel.net n'aime pas la critique, il faut dire que c'est tellement mieux de faire croire à ses clients que tous leurs produits sont bons et que tous leurs clients sont satisfaits!

Bref, en conclusion: aussi intéressant soit ce format sur le plan de la qualité d'image et de son (surtout de son!), il est vraiment pourri par des myriades de sécurités et de codes qui nuisent totalement à l'utilisateur. Il est aujourd'hui plus facile de télécharger illégalement un BD sur son ordinateur (des tas de sites proposent d'en télécharger au format x264) que d'en acheter un et de le lire... La politique ultrasécuritaire des majors compagnies finit vraiment par atteindre son paroxysme avec ce format. Bref, je vais continuer à acheter des DVD et, je ne m'en cache pas, à télécharger les versions HD de ces mêmes DVD (il est de toute façon illogique de payer deux fois pour le même film).

Je ne suis pas une vache à lait!!!