Parallèles

Mot-clé - artiste

Une vision des artistes plasticiens en France

mda.jpgJe viens de rédiger un article en deux parties sur le webzine de mon association Multi-Prises où je fais état de la condition d'artiste plasticien en France.
Précarité, magouilles, administration tordue et perdue, sont au coeur du quotidien d'un artiste plasticien. C'est ce vécu que j'ai tenté de décrire dans cette première partie (une seconde proposant des perspectives pour l'avenir arrivera d'ici quelques jours) où je tente d'apporter un éclairage pour ceux qui en savent pas ce qu'est être artiste plasticien en France. Pour ceux qui vivent, comme moi, ce quotidien, ce peut être aussi l'occasion de partager une expérience que je pense commune.

Les deux parties des articles sur Multi-Prises : Etre artiste en France - Partie 1 : Et toi tu fais quoi ? - Etre artiste en France - Partie 2 : Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?

« Et toi, tu fais quoi ? »

Question piège, à laquelle j'ai toujours beaucoup de mal à répondre. Alors je déroule mon rituel : un petit silence de quelques secondes, une lente respiration, un sourire forcé, puis je réponds « alors moi c'est compliqué... »

Pourquoi est-ce si compliqué d'avouer que l'on est artiste ? Pourquoi me sentirais-je gêné d'avouer ma véritable profession, puisqu'après tout j'ai les diplômes, le numéro de SIRET, j'ai tous les papiers qui prouvent légalement que je suis artiste plasticien, enregistré à la Maison des Artistes. En vérité ce malaise en cache un bien plus profond : la profession d'artiste plasticien n'existe pas vraiment en France.

Lorsqu'on choisit une filière artistique après le lycée, on est prévenu dès le départ « oulalaaaaa » nous disent les conseillers d'orientation, « oulalaaaa » nous disent nos parents, « oulalaaaa » nous dit la société en général.
Oulalaaa parce que cette filière ne rentre dans aucune case, les conseillers ne savent pas quels documents nous donner pour nous aider à se vendre sur le marché du travail, les parents s'inquiètent de notre avenir, et c'est clairement un problème qui va se poser pour trouver sa place dans la société. Pourtant j'ai choisi le chemin le plus sûr en choisissant une école publique : un Master en poche et mes papiers d'affiliation à la maison des artistes validés, me voilà totalement en règle pour faire valoir mon métier d'artiste plasticien.

Et c'est là que les problèmes commencent..

Lire la suite sur le site...

Exposition : "Au lieu de" - du 6 au 16 avril à Nantes

Exposition 'au lieu de' du 6 au 16 avril 2013 à Nantes

Exposition collective de 11 artistes réunissant photos, dessins, sculptures et installations, du 6 au 16 avril à la Ville en Bois (21 rue de la Ville en Bois) à Nantes.

La ville en bois est une ancienne usine désaffectée dont il ne reste plus aujourd'hui que quelques machines abandonnées et ustensiles témoignant d'une époque révolue. L'ensemble des pièces, réalisées in-situ, se servent de ces machines et matériaux vestiges afin de recréer un univers témoignant de ce qu'a été le lieu et de ce qu'il est devenu aujourd'hui.

Artistes présents : Charlotte Durand, Estelle Ribeyre, Estelle Chaigne, Fulya Erdem, Julien Lemière, Pierre Moizan, Ricardo Lacuta, Simon Guiochet, Solenne Jost, Thomas Daveluy, Vaida Budreviciute

L'affiche est une photographie d'un des murs du lieu dont le logo, retiré lors du déménagement de l'usine, a laissé une empreinte étrange.

Quelques photos :

  • Plan de Salle
  • Entrée de l'exposition
  • Vernissage
  • Vaida Budreviciute - Secret de la Ville en Bois
  • Vaida Budreviciute - Secret de la Ville en Bois
  • Thomas Daveluy - Holler
  • Thomas Daveluy - Holler
  • Thomas Daveluy - Holler
  • Simon Guiochet - Graphic Interchange Format
  • Simon Guiochet - Graphic Interchange Format
  • Estelle Chaigne - Ils arrivent
  • Estelle Ribeyre - Entremêlés
  • Ricardo Lacuta - Au bord du précipice
  • Charlotte Durand - Sans titre
  • Pierre Moizan - Stéphane & Stéphanie
  • Pierre Moizan - Stéphane & Stéphanie
  • Julien Lemière - Entre Mais Sois Doux
  • Arrière Salle
  • Solenne Jost - Frontières et autres vidéos
  • Pierre Moizan - Imposture
  • Fulya Erdem - Homme Age
  • Fulya Erdem - Homme Age
  • Ricardo Lacuta - Flan painting

Exposition : ce que les chèvres n'ont pas encore mangé

carton d'invitation expo nantes

Compte-rendu d’une résidence artistique au village de Saumède (Galice).
En partenariat avec l’Association Cultural y Artistica de Saumede (ACAS), les artistes du Collectif Oodaaq ainsi que leurs invités, exposent leurs travaux réalisés durant le mois de septembre 2012.

Exposition les 12, 13 et 14 octobre 2012 au 23 rue de la Ville En Bois à Nantes.

Artistes présents : Thomas Daveluy - Jonas Delhaye - Simon Guiochet - Solenne Jost & Nolwenn Le Tallec - Guillaume Lepoix

Quelques dates :

VENDREDI 12 OCTOBRE

18h30 vernissage de l’exposition*
21h00 concert au Melocotton** (MOON QUP cantatrice sur bouclettes instrumentales - SUBURB ANIMAL luthier électronique)

SAMEDI 13 ET DIMANCHE 14

13-21h ouverture de l’exposition
15-17h ateliers (ZOOTROPE (VIDÉO) Comprendre les images en mouvement - TÉLÉTRANSPORTATION (PHOTO) Réalisation d’un film d’animation) Inscription 10€ - Renseignements : 06 23 16 63 97

DIMANCHE 14

20h00 vidéo-concert (8KELT sample électro-accoustique) à La Ville En Bois* (2€)

Téléchargez le carton d'invitation au format PDF

42 minutes

42 minutes c'est le temps que met l'eau qui provient de l'ancien moulin à l'abandon à atteindre le jardin collectif du village de Saumède.

Ce petit cours d'eau est extrêmement précieux puisqu'il fournit la seule source d'eau du jardin qui permet aux résidents de se nourrir à peu de frais.
En plus des débris (branches, glands, herbes) qui bouchent le canal et réduisent le débit de l'eau, le village doit partager cette eau avec différents habitants des environs certains jours. Au final, le jardin de Saumède n'a accès à l'eau que 4 jours sur 7 grâce à ce petit canal dont l'existence est fragile et le débit très variable.

Cette vidéo retrace donc le cheminement de l'eau le long de ces quelques kilomètres, tout en jouant sur un rapport d'échelle et de déformation du aux gouttes d'eau collées à l'objectif.

*****

Quelques éléments de travail, les deux bateaux qui ont servi pour faire flotter la caméra :

Première version du bateau Première version du bateau Première version du bateau : gros plan sur la caméra miniature
Deuxième version du bateau : plus légère et plus naviguable Deuxième version du bateau Deuxième version du bateau

Résidence à Saumède (Galice)

IMGA0583.JPG

C'est par l'intermédiaire de l'Oeil d'Oodaaq que j'ai découvert l'existence du village de Saumède en Galice.

Il s'agit d'un ancien village abandonné que des français ont entrepris de réhabiliter afin d'y vivre et de monter des projets culturels et associatifs. Introuvable sur Google Maps, il se situe juste à côté de Célanova et dispose d'un accès à l'électricité et à l'eau courante.

Le village organise tous les ans un festival durant l'été, mais cette année la nouveauté a été la mise en place d'une résidence au mois de septembre, conviant plusieurs jeunes artistes à venir y travailler durant 2 semaines.

J'ai donc décidé de me joindre à l'aventure (accompagné de Jonas Delhaye et Guillaume Lepoix) et c'est au milieu des poules, des chèvres, des ânes et des ruines que nous nous sommes installés durant ces quinze jours.

Le village

Actuellement seule une des maisons du village est entièrement réhabilitée. Elle sert de cuisine, de salle de séjour et offre 3 chambres pour les résidents annuels. Les festivaliers ou les artistes en résidence doivent aller dormir sous les tentes dans le camping du village au milieu duquel un âne broute bruyamment (surtout la nuit).

Le lieu de travail dédié aux artistes se situe à l'arrière du village, juste à côté des tentes, il est constitué d'une table, d'une rallonge électrique et deux canapés posés sur un sol recouvert de paille. Un lieu de travail aussi insolite que génial.

Pour la nourriture, on essaye de se servir au maximum des fruits et légumes offerts par le jardin (qui est bien beau et assez grand) ainsi que des courses faites régulièrement dans la ville voisine. Les nouveaux arrivants se voient attribuer une couleur (qui est désignée en fonction de leur date de naissance et du calendrier maya -je crois-) qui définit leur tour de cuisine (tous les 4 jours environ). Sur les deux semaines de résidence, chacun a rivalisé d’imagination pour faire des plats plus excellents les uns que les autres. Comme quoi avec peu de choses on peut faire de vrais festins tous les jours.

La résidence

Au final, je dois dire que je suis réellement charmé par cette résidence. L'accueil a été des plus chaleureux (j'ai en ce moment même encore le souvenir de notre départ et des adieux interminables), même malgré la barrière de la langue (je ne parle pas un mot d'espagnol), le cadre de travail est exceptionnel et le lieu est vraiment rempli de surprises. J'encourage tout jeune artiste désireux de se retrouver dans un cadre non institutionnel à participer à cette résidence qui se déroule tous les ans au mois de Septembre.

Le seul bémol aura été le temps ; deux semaines étant bien trop courtes pour réellement investir le lieu et entamer un travail en profondeur. J'ai tout de même réussi à produire deux vidéos dont je suis assez satisfait (je publierai deux autres billets dédiés à ces productions plus tard).

Une chose est sûre : j'y retournerai l'année prochaine !

DSC_0226.JPG DSC_0219.JPG 2012-09-1016.18.11.jpg
DSC_0603.JPG DSC_0611.JPG 14h.JPG
2012-09-1109.06.46.jpg DSC_0141.JPG DSC_0086.JPG
2012-09-1615.17.14.jpg 2012-09-1812.26.05.jpg DSC_0078.JPG
DSC_0085_2.JPG DSC_0744.JPG DSC_0743.JPG

Mon nouveau dossier d'artiste

dossier-artiste-2012.jpg

Je n'en avais jamais fait avant, mais voilà mon nouveau dossier d'artiste.

Il contient une petite sélection de certains de mes travaux, en vidéo, installations et art numérique, ainsi qu'un CV.

Vous pouvez le télécharger ici au format pdf (1,90Mo).