Parallèles

Mot-clé - geek

La mort de Steve Jobs

Je n'apprend rien à personne en disant que Steve Jobs, co-fondateur d'Apple est décédé mercredi dernier (il suffit d'ouvrir ses volets pour voir partout dans la rue la nouvelle de sa mort). Sentant le scoop qui fait vendre, la presse a sauté sur l'occasion pour faire de magnifiques discours et images pour saluer l'homme.

Je n'ai jamais été un grand fan d'Apple (ceux qui me connaissent se rappelleront sans doute ma verbe, ma médisance et mon acharnement à critiquer la pomme), mais je suis forcé de reconnaître certaines qualités dans ces produits. Il est vrai qu'Apple a sorti plusieurs produits phares, que la concurrence s'est empressé de copier et qui sont, aujourd'hui, devenus des outils quotidiens, mais il faut quand même se modérer :

Apple n'a pas inventé le smartphone, ils ont combiné tout ce qui se faisait en matière de technologie mobile et l'ont réuni dans un outil parfaitement fonctionnel (là était la nouveauté)

Apple n'a pas inventé l'OS (bon, là il y a eu plein de précurseurs)

Apple n'a pas inventé la souris (elle a été inventée en 1963 par Douglas Engelbart du Stanford Research Institute)

La marque à la pomme n'a fait qu'apporter, toutes ces années, ses pierres à l'édifice qu'est devenu aujourd'hui le monde du numérique. Apple a su innover pour présenter des produits fonctionnels et "beaux" et a réussi à créer une force de marketing à nulle autre pareille. Car oui, avant tout les produits Apple sont des concepts avant d'être des outils. Il suffit de voir leurs publicités pour en être convaincu :

ipad_slogan.PNG

pub-apple-maj-ultime.jpg

Campagnes agressives, slogans efficaces, bref, un véritable travail de marketing parfaitement orchestré. En gros, Apple fait de très belles machines et sait les vendre, et c'est tout.

Revenons maintenant à Jobs. Sa mort a suscité bon nombre de réactions dont voilà quelques perles:

"Steve était l'un des plus grands inventeurs américains, assez courageux pour penser différemment, assez audacieux pour croire qu'il pouvait changer le monde et assez talentueux pour le faire" B. Obama

"les 3 pommes de l’histoire: pomme d’adam, pomme de newton, pomme de steve" Un (ou plusieurs) internaute(s)

"Ce soir l'Amérique a perdu un génie dont on se souviendra comme d'Edison et d'Einstein [...]" Michael Bloomberg

Voilà justement l'objet de mon irritation. Non, Jobs n'est pas un homme qui a révolutionné le monde, il a juste vendu des ordinateurs (et des gadgets). Je me demande pourquoi, les médias, et les gens par extension, se sentent obligés d'exagérer de manière disproportionnée l'impact de cet homme sur le monde. C'était un patron d'une des plus importantes multinationale américaine, visionnaire certes, mais pour sa propre entreprise. Comment peut-on comparer, ne serait-ce qu'une seule seconde Jobs avec Einstein ? Einstein est l'homme qui a révolutionné la pensée de la science moderne avec sa théorie de la relativité, Jobs, lui, n'a fait que présenter de nouveaux objets de consommation et sachant créer un effet de besoin chez le consommateur. Et c'est extrêmement différent !

Ce n'est même pas lui qui a créé l'iPhone, l'iPad, l'iMac, il n'a fait que réunir et diriger des techniciens très talentueux pour fabriquer ces produits. Alors pourquoi lui attribuer ce mérite?

Il y a encore quelques années, on qualifiait de génie qui change le monde des hommes comme Gandhi, Luther King, des hommes qui ont payé de leur vie la volonté de faire avancer l'humanité. On qualifiait aussi en ce sens des inventeurs ou des scientifiques porteurs d'une pensée révolutionnaire qui a eu un impact notoire sur notre manière d'appréhender le monde : Einstein, Edison, Galilée, les Curie, etc... Pour les artistes c'est exactement la même chose, Duchamp à bouleversé notre rapport à l'exposition (ok, c'est réducteur), Picasso notre vision de la représentation en art, Robert Capa notre manière d'appréhender le monde qui nous entoure, etc...

Alors pourquoi, à notre époque, n'encensons nous plus les prix Nobel de Physique, de Mathématiques, et autres ? Connaît-on seulement leurs noms ? Notre société préfère élever au rang de Dieu un dirigeant d'entreprise, sorte de gourou de la technologie devant lequel tout le monde devrait se prosterner. Qu'est devenu notre vision du monde ? Où sont les penseurs, où sont les utopistes, où sont ceux qui veulent apporter quelque chose à notre société sans y étiqueter 99$ ? Car oui, Jobs nous a vendu des produits, il n'a rien donné et c'est très différent.

Alors oui, pour conclure, je déplore la mort de l'homme qui se battait depuis 2004 contre un cancer. Non, je ne considère pas son décès comme une perte pour l'humanité toute entière, c'est une perte humaine et c'est déjà pas mal !

C'est la rentrée !

Lundi 20 septembre, rentrée des classes pour les étudiants des Beaux-Arts de Lorient.

Toute rentrée a son lot d'habitudes: tour d'horizon des premières années (en gros les seuls qui arrivent 15 minutes à l'avance, les autres étudiants, déjà été habitués au rythme des Beaux Arts, viennent vers 9h15-9h30), installation dans nos ateliers et habituels discours sur l'emploi du temps (qui est le même tous les ans...). Bref, une journée bien longue et inutile...

Qui dit rentrée dit aussi achats de fournitures scolaires, rituel auquel je n'ai pas coupé. Ma nouvelle acquisition s'est orientée vers un outil essentiel pour toute personne qui fait de la vidéo: une bonne caméra.

Après de nombreuses recherches, j'ai opté pour une Sony HVR-V1E. La prise en main a été assez rapide et intuitive étant donné que j'avais déjà utilisé une PD150 (qui n'est autre que le modèle de la génération précédente). Un peu lourde (3.5kg quand même), on sent vite son poids lorsqu'on filme caméra à la main. J'ai pu la tester lors des journées du patrimoine (je ferai un billet lorsque j'aurai terminé le montage et que j'aurai récupéré les photos), dans des conditions vraiment difficiles (en gros il faisait presque totalement noir). Du coup j'ai pu me rendre compte des qualités de cette caméra qui, dans des conditions de quasi-pénombre, arrivait tout de même à s'en sortir pas trop mal. Pour ce qui est de la maniabilité, un vrai délice: les boutons sont super bien placés (pour zoomer par exemple, on a le choix entre la bague, un gros bouton analogique pour la main droite ou encore un petit bouton sur le dessus de la caméra lorsqu'on la tient par la hanse) et la "lourdeur" de la bête permet d'éviter de trembler (d'autant que le stabilisateur optique est vraiment excellent). En gros une belle bête pour un vidéaste débutant comme moi.

HVR-V1E.jpg sony-hvr-v1.jpg
HVR V1E DSCF9273.JPG DSCF9293.JPG DSCF9278.JPG DSCF9283.JPG

Voilà les raisons qui m'ont poussé à choisir ce modèle, et par la même occasion, j'en profite pour faire un petit rappel pour ceux qui n'ont pas le langage technique:

Enregistrement HD (1080i)
Un enregistrement Haute Définition propose une image composé de 1080 pixels de haut par 1440 (ou 1920 en cas de Full-HD) de large. Pour rappel, un DVD propose une image de 576px de haut par 720 de large. La HD donne donc une image beaucoup plus nette avec bien plus de détails. En gros bourrin/bidouilleur de l'image vidéo que je suis, le HD n'est vraiment pas un gadget pour moi.
Enregistrement en 25p
Pour des raisons techniques* les téléviseurs européens n'affichent pas 24 images par seconde (comme le cinéma), mais 25 images entrelacées. L'entrelacement consiste à enregistrer une ligne sur deux (288 pixels) toutes les 1/50ème de seconde. La deuxième fois, la caméra enregistre les lignes manquantes et créé ainsi une image composée de 576 pixels enregistrés en 2 fois. Ça créé donc une image complète toutes les 1/25ème de seconde. Cependant, si on regarde de près l'image lors d'un mouvement, on constate un effet de lignes dues à l'entrelacement. Le mode "progressif" permet de prendre une image complète directement et d'éviter ainsi cet effet. En revanche, peu de caméras proposent ce mode (la V1E le fait!!!).
Capteur 3CMOS
Actuellement il existe 2 types de capteurs: les CCD et les CMOS. Les deux types de capteurs se valent sur le papier à quelques exceptions près: le CMOS gère mieux les hautes lumières, il consomme moins d'énergie est plus réactif. En revanche, le CCD affiche une image moins grossière en cas de sous-exposition (en gros, un grain moins prononcé). Après essai, je confirme que le CMOS a un peu de mal dans la pénombre, mais rien de catastrophique. Le 3, placé devant le CMOS indque quand à lui qu'il n'y a pas un capteur mais bien trois capteur (un pour chaque couleur: rouge-vert-bleu)
2 prises XLR
Je vais pouvoir brancher une perche avec un bon micro pour mes prises de son maintenant !
Une bague de netté ET une bague de zoom
Je n'ai jamais compris pourquoi les bagues de netteté n'étaient pas proposées sur TOUTES les caméras. L'autofocus des caméras bas-de gamme est une vraie plaie (ça pompe, ça pompe, comme les shadocks). La deuxième bague permet de zoomer, à sa vitesse (les boutons de zoom imposent une vitesse de zoom qui est souvent très déplaisante). Si vous voulez choisir une bonne caméra, prenez IMPERATIVEMENT au moins une bague de netteté.

*la fréquence du courant électrique fourni par EDF est de 50HZ, c'est à dire 50 cycles par seconde. Les téléviseurs à tube cathodique n'ont donc pas à convertir la fréquence électrique (ce qui demanderait plus de composants) et proposent une image toutes les 1/50ème de seconde, d'où l'entrelacement.

Google me croit suicidaire !?

Résultats google

En faisant un petit listing des stats de mon tout nouveau site (au passage les outils google pour les développeurs c'est cool), j'ai eu une drôle de surprise!

Google fournit, pour toute personne qui possède un site, un certain nombre d'outils pour évaluer l'influence de son site et sa qualité. Une des données consultables concerne les requêtes de recherche, c'est-à-dire les mots, ou combinaisons de mots, qui ont été nécessaires pour que google affiche un lien vers votre site (et puis ca liste aussi les clics). En théorie les mots qui s'affichent sont en rapport avec le contenu du site.

Quelle ne fût pas ma surprise lorsque mes yeux, parcourant ce tableau, virent surgir le mot "suicider", puis la phrase complète: "je veux me suicider".

Ainsi donc Google, après avoir analysé mon site, a cru judicieux de faire correspondre son contenu à cette phrase. Plus simplement, Google a pensé (si tenté que penser puisse être applicable à une machine) qu'une personne tapant "je veux me suicider" pourrait éventuellement trouver des réponses (ou à défaut des informations pertinentes) sur mon site...
J'en profite pour remercier la personne suicidaire qui a tapé cette requête, car sans elle, je ne me serai aperçu de rien. Donc un grand merci !

Avant d'aller plus loin dans l'interprétation, analysons de plus loin les résultats de notre ami (Google est ton ami, rappelons-le)

position google

Position dans les résultats de recherche : 3ème page+

Bon, rien d'alarmant, 3ème page+ indique seulement que mon site est situé après la troisième page et peut-être même bien plus loin.
De ce fait, je peux me rassurer, il y a au minimum 30 personnes (10 par pages) de plus suicidaires que moi et sans doute même plusieurs milliers! Inutile de s'alarmer donc, mon suicidomètre n'est donc pas tellement dans le rouge.
Il faudra cependant que je veille régulièrement sur cette jauge pour vérifier si elle n'entre pas dans la zone dangereuse des "2ème page" voire même dans la zone mortelle de la "première page"!

Pages : Essai de mise en page du mémoire

Ah ! Là c'est plus fâcheux ! Google pense que mon envie de suicide est d'avantage pertinente (et donc exacerbée) dans le billet que j'ai fait sur une tentative de mise en page du mémoire. Après réflexion, il me semble que le moteur de recherche a surtout buté sur le mot tentative, attribuant une tentative d'écriture d'un mémoire à une tentative de suicide.
En bref, Google a conclu que ce projet de mémoire sonnait chez moi comme un signe alarmant d'une quelconque dépression pouvant mener à une envie de suicide (qui tue mortellement de décès par la mort). Que dois-je en déduire? Que les études vont me conduire tout droit au suicide !

Comme je le savais déjà, Google est mon ami : il me connaît (il possède mes mails, mon calendrier, mes historiques de navigation, et toutes mes informations personnelles). Là où il devient pour moi véritablement un de mes meilleurs amis, c'est quand je m'aperçois qu'il est totalement attentionné, jusqu'au point de m'avertir que je risque d'avoir envie de me suicider. Et ça, aucun de mes amis en vrai ne l'a remarqué ni ne m'en a fait part !!! (Hein les gens, vous avez pas assuré du tout sur ce coup là !)
Je me rend bien compte de toute l'attention que Google me porte : il a soigneusement analysé mes dires et a réussi à trouver ce qui n'allait pas chez moi ! Je mets au défi le meilleur des psys d'arriver à faire de même ! En plus de ça c'est gratuit et j'ai pas besoin de prendre rendez-vous !

En conclusion, je dirai que Google est un merveilleux outil, qui remplace amis, psys et famille, et qui permet d'avertir ses amis (ses vrais amis) des difficultés qu'ils risquent de rencontrer !

Par ailleurs, ma décision est prise : pour ma sécurité mentale et physique j'arrête les études !