Parallèles

Mot-clé - mémoire

Mon nouveau dossier d'artiste

dossier-artiste-2012.jpg

Je n'en avais jamais fait avant, mais voilà mon nouveau dossier d'artiste.

Il contient une petite sélection de certains de mes travaux, en vidéo, installations et art numérique, ainsi qu'un CV.

Vous pouvez le télécharger ici au format pdf (1,90Mo).

 

Expo et atelier au lycée Dupuy de Lôme

carton_v1.jpg

Je préparais depuis le mois de Juin un atelier de travail avec des Lycéens de l'établissement Dupuy de Lôme à Lorient. Initié par la prof d'art plastiques (Mme Catherine Fontaine), cet atelier avait pour but de faire intervenir un jeune artiste autour du médium vidéo. Cet atelier fonctionne en plusieurs temps:

Une exposition personnelle dans le hall de l'amphithéâtre de l'école, du 17 octobre au 23 Novembre :

dupuy01.jpg dupuy02.jpg dupuy03.jpg dupuy04.jpg dupuy05.jpg dupuy06.jpg

Une conférence où je présentais mon travail, mon cursus et un panel non exhaustif de ce qui peut se faire en art vidéo :

- Gisèle Kérosène de Jan Kounen - 1989 (5min)
Court-métrage d'animation en stop motion
- Alice de Jan Švankmajer - 1988
Mélange d'animation et de filmage réel pour raconter le livre de Caroll
- Virile Games de Jan Švankmajer - 1988 (6min)
Mélange d'animation (papier découpé, stop-motion, pâte à modeler), de found-foutage, de filmage etc...
- Passage à l'acte de Martin Arnold - 1993
Comment retourner complètement le sens d'un film en ne touchant qu'au montage
- Tango de Zbig Rybzcynski - 1981
Mélange des récits et des temps au sein d'un seul espace
- La jetée de Chris Marker - 1962
Roman photo ayant inspiré le film l'armée des 12 singes
- Rubber de Quentin Dupieux - 2011
Comment raconter la vie d'un objet en le traitant comme un humain

Et enfin, un temps de travail pour les élèves sur le thème suivant :

« Vous devrez aller dans un lieu désaffecté, désert ou à l'abandon muni de votre appareil de captation d'images (appareil photo, caméra, téléphone portable, etc...). Dans ce lieu, vous prélèverez des éléments que vous assemblerez ensuite afin de créer une narration. Le but sera donc de raconter une histoire sans pour autant avoir de sujet vivant à filmer. »

Le but de l'exercice est de faire découvrir aux élèves que la narration peut se trouver au sein même de l'image et non pas forcément dans ce qui à été filmé. La création vidéo ne repose pas forcément dans un processus de captation d'images, mais peut aussi être un processus de recréation. Le récit doit alors se trouver dans l'image et non dans le monde réel.

Pour finir, je tiens à remercier Catherine, sans qui ce projet n'aurait pas pu voir le jour. Elle m'a permis de préparer ce projet avec elle en toute confiance. C'est quelque chose d'assez nouveau pour moi que de travailler avec des jeunes dans un tel cadre, c'est à la fois intriguant et très motivant.
Dans un prochain billet je raconterais mes impressions et mes échanges avec les élèves.

Impression du mémoire

memoire06.jpg

Et voilà, deux ans de travail qui prennent fin aujourd'hui. Cinq exemplaires du mémoire imprimés, reliés et couverts qui seront envoyés lundi à l'ensemble des membres du jury pour qu'ils puissent le lire avant la soutenance (qui a lieu en même temps que le passage du diplôme, c'est à dire les 22, 23, 24 Juin).

J'ai imprimé ces 5 exemplaires sur un papier 120g avec l'imprimante laser de l'école (qui est d'assez bonne qualité ma foi), sans avoir trop de souci (un petit décalage de 2mm entre le recto et le verso est à noter). La couverture est composée de deux éléments : une feuille standard avec les illustrations recouverte par un rhodoïd avec des motifs imprimé en N&B. L'assemblage des deux forme l'image finale (voir photos).

J'avais 64 pages (sans le rhodoïd), ce qui m'a permis de faire une reliure de type "piqûre à cheval" (les doubles pages sont assemblées les unes sur les autres, puis pliées en deux ce qui fait un cahier). En comptant la couverture en plastique (1€ la feuille transparente spécial laser, tout de même...), je m'en sors à 25€ par mémoire environ. L'école des Beaux-Arts de Lorient nous finance l'impression des mémoires à la hauteur de 100€ par personne, ce qui est vraiment bien et je l'en remercie.

Pour rappel la version PDF est toujours accessible ici et la page qui accompagne le mémoire est en ligne ici.

memoire01.jpg memoire02.jpg memoire03.jpg memoire04.jpg memoire05.jpg memoire07.jpg memoire08.jpg memoire09.jpg memoire10.jpg memoire11.jpg

Mémoire... encore

rizhome.jpgPresque un mois sans billets (et sans productions d'ailleurs), mais pas sans travail. Ces dernières semaines ont été... fatigantes. J'ai tout de même avancé sur quelque chose : mon mémoire.

Outre le travail d'écriture, j'ai pas mal planché sur le design de ce mémoire et sur la manière de montrer les œuvres auxquelles je fais référence. La première question était de pouvoir montrer en intégralité les différentes vidéos et films que je citais. Chose impossible sur format papier. J'ai donc décidé d'apposer une adresse web sur le mémoire qui renverrai vers une partie (numérique) externe où, là, les films peuvent être visibles.

C'est chose faite : http://thomas-daveluy.fr/dnsep/

Cette partie peut fonctionner sans le mémoire qui va avec, mais les textes explicatifs étant absents, les choix (catégories, liens, ...) entre les œuvres sont assez flous. De même pour le mémoire tout seul, il peut parfaitement fonctionner sans le site mais les œuvres sont assez peu visibles.

Les œuvres des artistes sont représentées par des ronds noirs et les pièces que j'ai créées par un rond rouge. Ne voulant pas que le jury puisse voir mes pièces avant le diplôme, il n'est actuellement pas possible de les voir, seules des miniatures les représentent. Le jour du diplôme les vidéos/photos seront visibles en grand et en intégralité.

Pour ce qui est de la manière de montrer les liens, j'ai choisi de partir sur une structure rhizomatique, comme une sorte de plan de métro, reliant les différentes œuvres. Sur le site, il est possible de cliquer sur chaque artiste pour accéder à une de ses œuvres. Il est aussi possible de passer la souris sur les liens pour faire apparaitre un mot clef reliant les deux œuvres.

Profitant du support web, j'ai aussi donné la possibilité d'afficher/masquer les noms, permettant de voir uniquement le réseau ou d'accéder à une carte complète avec toutes les écritures. Il est aussi possible de passer sa souris sur chacun des chapitres du mémoire pour mettre en surbrillance les artistes qui y appartiennent. Une autre carte se dessine alors.

Le design des chapitres:

Chapitres

Les logos des chapitres sont basés sur une déclinaison du cube (en forme d’hexagone) qui est le logo représentant souvent un espace tridimensionnel (notamment dans les logiciels). Ils ressemblent un peu au logo de l'HTML5 (c'est pas fait exprès, promis j'ai pas copité).

Quand au mémoire en lui-même il est toujours téléchargeable ici.

Google me croit suicidaire !?

Résultats google

En faisant un petit listing des stats de mon tout nouveau site (au passage les outils google pour les développeurs c'est cool), j'ai eu une drôle de surprise!

Google fournit, pour toute personne qui possède un site, un certain nombre d'outils pour évaluer l'influence de son site et sa qualité. Une des données consultables concerne les requêtes de recherche, c'est-à-dire les mots, ou combinaisons de mots, qui ont été nécessaires pour que google affiche un lien vers votre site (et puis ca liste aussi les clics). En théorie les mots qui s'affichent sont en rapport avec le contenu du site.

Quelle ne fût pas ma surprise lorsque mes yeux, parcourant ce tableau, virent surgir le mot "suicider", puis la phrase complète: "je veux me suicider".

Ainsi donc Google, après avoir analysé mon site, a cru judicieux de faire correspondre son contenu à cette phrase. Plus simplement, Google a pensé (si tenté que penser puisse être applicable à une machine) qu'une personne tapant "je veux me suicider" pourrait éventuellement trouver des réponses (ou à défaut des informations pertinentes) sur mon site...
J'en profite pour remercier la personne suicidaire qui a tapé cette requête, car sans elle, je ne me serai aperçu de rien. Donc un grand merci !

Avant d'aller plus loin dans l'interprétation, analysons de plus loin les résultats de notre ami (Google est ton ami, rappelons-le)

position google

Position dans les résultats de recherche : 3ème page+

Bon, rien d'alarmant, 3ème page+ indique seulement que mon site est situé après la troisième page et peut-être même bien plus loin.
De ce fait, je peux me rassurer, il y a au minimum 30 personnes (10 par pages) de plus suicidaires que moi et sans doute même plusieurs milliers! Inutile de s'alarmer donc, mon suicidomètre n'est donc pas tellement dans le rouge.
Il faudra cependant que je veille régulièrement sur cette jauge pour vérifier si elle n'entre pas dans la zone dangereuse des "2ème page" voire même dans la zone mortelle de la "première page"!

Pages : Essai de mise en page du mémoire

Ah ! Là c'est plus fâcheux ! Google pense que mon envie de suicide est d'avantage pertinente (et donc exacerbée) dans le billet que j'ai fait sur une tentative de mise en page du mémoire. Après réflexion, il me semble que le moteur de recherche a surtout buté sur le mot tentative, attribuant une tentative d'écriture d'un mémoire à une tentative de suicide.
En bref, Google a conclu que ce projet de mémoire sonnait chez moi comme un signe alarmant d'une quelconque dépression pouvant mener à une envie de suicide (qui tue mortellement de décès par la mort). Que dois-je en déduire? Que les études vont me conduire tout droit au suicide !

Comme je le savais déjà, Google est mon ami : il me connaît (il possède mes mails, mon calendrier, mes historiques de navigation, et toutes mes informations personnelles). Là où il devient pour moi véritablement un de mes meilleurs amis, c'est quand je m'aperçois qu'il est totalement attentionné, jusqu'au point de m'avertir que je risque d'avoir envie de me suicider. Et ça, aucun de mes amis en vrai ne l'a remarqué ni ne m'en a fait part !!! (Hein les gens, vous avez pas assuré du tout sur ce coup là !)
Je me rend bien compte de toute l'attention que Google me porte : il a soigneusement analysé mes dires et a réussi à trouver ce qui n'allait pas chez moi ! Je mets au défi le meilleur des psys d'arriver à faire de même ! En plus de ça c'est gratuit et j'ai pas besoin de prendre rendez-vous !

En conclusion, je dirai que Google est un merveilleux outil, qui remplace amis, psys et famille, et qui permet d'avertir ses amis (ses vrais amis) des difficultés qu'ils risquent de rencontrer !

Par ailleurs, ma décision est prise : pour ma sécurité mentale et physique j'arrête les études !

Essai de mise en page du mémoire

Ah ce foutu mémoire!

Nan, mine de rien, je prends beaucoup de plaisir à le faire. C'est long, fatiguant, mais ça fait un bien fou de s'organiser un peu la tête.

Bon, dans la catégorie idées, j'invente le "pourquoifairesimplequandonpeutfairecompliqué". L'idée que j'ai eue pour la mise en page de mon mémoire relève du suicide (vis-à-vis de Valérie, la prof qui nous suit): je vais changer de support pour imprimer, passant du papier au plastique transparent. Ainsi l'intégralité du mémoire serait visible (mais illisible) même le livre fermé:

Mémoire version 0.04.01

L'idée n'est pas gratuite (ce n'est pas pour faire joli), mais vient plutôt du fait que mes travaux sont souvent sur des supports "flottants" (vidéo, installations, ...). J'avais pensé au début à exploiter le support du film photo (la pellicule), mais c'est décidément vraiment trop compliqué (et suicidaire aussi). Du coup, je m'en tiens à un format A4, mais je joue sur ce support qui laisse passer la lumière. Il présente selon-moi des atouts vis-à-vis de mon travail:

  • Le rhodoïd permet, s'il est éclairé, de se comporter comme un film -> Il projette une image en couleur sur n'importe quelle surface.
  • Ce support peut être vu dans les deux sens (si on tourne la page pour lire la suite, les images/textes de la page précédente sont toujours visibles (voir le descriptif des images recto-verso*)
  • Le livre se comporte comme un volume: les lettres/dessins prennent du relief dans le bloc des pages et peuvent former des motifs (voir numérotation**)
  • Je ne cherche pas à supprimer le papier, bien au contraire: il est essentiel d'en avoir pour lire le livre.


Recto-verso : pour les images, vu que l'article fait environ deux pages et que je ne peux pas imprimer en recto-verso (vous voyez pourquoi...), je me suis dit qu'il fallait que je mette la légende dans les deux sens, de telle sorte qu'une fois la page tournée, on puisse encore la lire (et voir la photo même si elle est à l'envers).

Numérotation : le numéro des pages est accompagné d'une sorte de curseur qui avance au fil des pages, ce qui créé une sorte d'escalier avec le volume du livre (regardez bien en bas à droite). Même chose pour les emplacements des chapitres sur le côté droit.