Parallèles

Mot-clé - multi-prises

Présentation de Naufrage en VR à Lorient

Tous les ans la ville de Lorient organise les ateliers ouverts. Cet événement donne l'occasion aux artistes d'ouvrir leurs ateliers ou leur espace de travail afin d'y accueillir le public et de présenter leurs démarches de travail.

Comme chaque année, l'association Multi-Prises y est présente. Ne travaillant que de manière in-situ, les artistes de l'association n'ont pas d'atelier à ouvrir, c'est pourquoi, nous choisissons un lieu que nous investissons, l'espace d'un week-end, afin d'y présenter nos travaux et recherches. L'occasion pour moi d'y présenter Naufrage et de faire essayer la réalité virtuelle à un maximum de gens.

Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016
Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016
Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016
Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016
Naufrage aux Atelier Ouverts 2016 Naufrage aux Atelier Ouverts 2016

Pour une première expérience, les retours ont été excellents. Le public, très hétéroclite (de 13 à 83 ans !), a accueilli l'aventure avec passion à l'unanimité. Pas un seul retour négatif, très peu de gens ont été génés par la réalité virtuelle (2 ou 3 personnes ont ressenti le motion sickness avant la fin des 5 minutes de jeu). Sur 400 personnes présentes lors de l'événement, 150 ont pu tester le casque. Une belle aventure que je recommencerai dès que j'en aurai l'occasion.

En attendant le jeu reste disponible gratuitement sur http://naufrage-thegame.com

Soustractions

Dans le cadre de l'exposition collective Hospitalités au site abbatial de Saint Maurice à Clohars-Carnoët, j'ai été amené à réaliser un ensemble de sculptures nommé Soustractions.

Cette pièce prend la forme de 6 cubes en bitume noir de 35 x 35 cm, répartis dans tout le parc du site ababtial. Les cubes sont insérés dans un mur, un arbre, de la terre ou encore une souche. Parallèlement un des bâtiments du site abbatial accueille 6 autres cubes reprenant le contenu des cubes noirs. Ainsi, on peut retrouver les 6 contenus alignés dans l'espace d'exposition.

pano.jpg _IGP7156.jpg _IGP7159.jpg
_IGP7161.jpg _IGP7176.jpg _IGP7187.jpg _IGP7188.jpg
_IGP7162.jpg _IGP7177.jpg _IGP7194.jpg _IGP7196.jpg
_IGP7163.jpg _IGP7175.jpg IMG_4857.JPG IMG_4858.JPG
_IGP7164.jpg _IGP7171.jpg _IGP7184.jpg _IGP7186.jpg
_IGP7166.jpg _IGP7170.jpg _IGP7192.jpg _IGP7193.jpg
_IGP7167.jpg _IGP7168.jpg _IGP7190.jpg _IGP7191.jpg
 

Comme une sorte de carottage (technique de prélèvement scientifique) cette pièce présente alors 6 soustractions réunies dans l'exposition et symbolisées dans le parc par les blocs en bitume noir.

En marge de l'exposition, un catalogue a été édité, laissant la place aux explications de chaque artiste à propos de se pièce. Voici mon texte :
 

Soustractions est un symptôme. Symptôme de la manière dont l’être humain tente désespérément de collecter la nature ou de la maîtriser. Dans son ignorance ou son émerveillement pour elle, il l’abîme, sans même parfois en prendre conscience. De manière presque parodique, cette pièce reproduit une technique scientifique (le carottage) afin de présenter des échantillons du site abbatial de Saint-Maurice. Mais ces prélèvements laissent derrière eux des traces indélébiles. Sortes de cicatrices créées par l’Homme, elles interrogent la confrontation entre la nature et les matériaux artificiels.

Nous voulons protéger, préserver, conserver la nature parce que nous la trouvons belle. Alors nous la transformons, nous manipulons son ADN, nous l’ajustons à nos propres valeurs, nous créons des jardins artificiels : les plantes sont modifiées pour correspondre au mieux à nos règles abstraites. Le jardinier qui déverse du RoundUp dans son jardin se rend-il seulement compte de la violence de son acte envers la faune et la flore ? Il s’agit d’un amour vache, un amour à sens unique : la nature est étrangère aux notions d’esthétique.

Autant admiratif que curieux, l’humain ne sait jamais comment réagir face à des phénomènes naturels qu’il ne comprend pas. Alors, à la manière d’un collectionneur il prélève, récupère, emprunte, parfois en déséquilibrant l’écosystème, mais ne s’en rend pas compte. Si tenté qu’il y ait un sens (spirituel ou technique) au phénomène de la vie sur Terre, il est à parier que l’être humain aura bien des difficultés à le comprendre un jour. Mais il le cherche continuellement et c’est cela qui rend la science aussi fascinante.

Fascinants, c’est ce que sont les cubes de Soustraction. Le bitume crée une profondeur infinie dans sa couleur mate. Comme un trou noir, comme une pupille qui semble nous observer, chaque cube qui vient soustraire un pan de la nature crée quelque chose d’énigmatique. Comme le monolithe de 2001, il questionne autant qu’il inquiète. La forme cubique, aboutissement de la géométrie humaine, finit d’installer le contraste avec l’environnement : Dieu ne trace pas de lignes droites.

Multilocalisée, Soustraction s’appréhende en deux temps : par le cheminement du spectateur, sa confrontation à des pansements du sol, du végétal et du bâti mais également dans un autre lieu, avec l’exposé des extractions, comme une tentative maladroite de démonstration de ce que l’homme désire préserver. Il ne s’agit donc pas une pièce scientifique mais d’une œuvre de science-fiction : elle interroge le rapport entre l’homme et la nature en insérant un élément fictif. Le sens de cette pièce ne réside pas dans ce qu’elle est, mais dans ce qu’elle projette, ce qu’elle chuchote implicitement. Soustraction pose la question, sans fournir de réponse, de la curiosité humaine et de ses conséquences.

 

Multi-Prises expose à Pont-Scorff

Les 12, 13, 14 et 19, 20, 21 décembre 2014, le centre d'art l'Atelier d'Estienne invite l'association Multi-Prises pour une carte blanche dans le cadre de le fête des lumières !

 

Intitulée "La société des lumières", cette exposition collective se déroulera dans 3 chapelles de Pont-Scorff dès la nuit tombée.

la-societe-des-lumieres.jpg.

Pour plus de détails et la programmation exacte, rendez-vous sur le site de l'atelier d'Estienne.

Une vision des artistes plasticiens en France

mda.jpgJe viens de rédiger un article en deux parties sur le webzine de mon association Multi-Prises où je fais état de la condition d'artiste plasticien en France.
Précarité, magouilles, administration tordue et perdue, sont au coeur du quotidien d'un artiste plasticien. C'est ce vécu que j'ai tenté de décrire dans cette première partie (une seconde proposant des perspectives pour l'avenir arrivera d'ici quelques jours) où je tente d'apporter un éclairage pour ceux qui en savent pas ce qu'est être artiste plasticien en France. Pour ceux qui vivent, comme moi, ce quotidien, ce peut être aussi l'occasion de partager une expérience que je pense commune.

Les deux parties des articles sur Multi-Prises : Etre artiste en France - Partie 1 : Et toi tu fais quoi ? - Etre artiste en France - Partie 2 : Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?

« Et toi, tu fais quoi ? »

Question piège, à laquelle j'ai toujours beaucoup de mal à répondre. Alors je déroule mon rituel : un petit silence de quelques secondes, une lente respiration, un sourire forcé, puis je réponds « alors moi c'est compliqué... »

Pourquoi est-ce si compliqué d'avouer que l'on est artiste ? Pourquoi me sentirais-je gêné d'avouer ma véritable profession, puisqu'après tout j'ai les diplômes, le numéro de SIRET, j'ai tous les papiers qui prouvent légalement que je suis artiste plasticien, enregistré à la Maison des Artistes. En vérité ce malaise en cache un bien plus profond : la profession d'artiste plasticien n'existe pas vraiment en France.

Lorsqu'on choisit une filière artistique après le lycée, on est prévenu dès le départ « oulalaaaaa » nous disent les conseillers d'orientation, « oulalaaaa » nous disent nos parents, « oulalaaaa » nous dit la société en général.
Oulalaaa parce que cette filière ne rentre dans aucune case, les conseillers ne savent pas quels documents nous donner pour nous aider à se vendre sur le marché du travail, les parents s'inquiètent de notre avenir, et c'est clairement un problème qui va se poser pour trouver sa place dans la société. Pourtant j'ai choisi le chemin le plus sûr en choisissant une école publique : un Master en poche et mes papiers d'affiliation à la maison des artistes validés, me voilà totalement en règle pour faire valoir mon métier d'artiste plasticien.

Et c'est là que les problèmes commencent..

Lire la suite sur le site...

Installation : à fleur de peau

A fleur de peau est une installation vidéo réalisée lors de l'exposition l'Âge de Faire à l’Écurie (Saint Jean Brévelay).


[2014] A fleur de peau par I7b

 

L'installation est composée d'un plancher sur lequel est reprojeté sa propre image, contrastée et saturée.
Lentement, au rythme d'une respiration, l'image alterne entre grands aplats blancs et la texture exagérée. De cette manière, se crée un rythme qui oscille entre une décomposition, comme si le plancher vieillissait et se faisait dévorer par de la moisissure et un état de rajeunissement, où le blanc vient lisser les planches de ce sol déjà hors d'âge.

Le principe de cette projection repose une fois encore sur la notion de texture, déjà présente dans Echo² ou dans d'autres pièces que j'ai pu réaliser en installation. Le plancher, en devenant le support de sa propre image, met en lumière ses spécificités. Les nervures du bois, les imperfections, les zones teintées différemment, sont alors soulignées par la vidéoprojection.

 

A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014
A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014
A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014

Critique cinéma : Jeune et Jolie - sur multi-prises.fr

affiche-Jeune-jolie-2013-1.jpg

Une critique du film Jeune et Jolie, un film de François Ozon actuellement à l'affiche à lire sur multi-prises.fr.

Ce film a beaucoup fait parler de lui car il parle d'un sujet un peu tabou : la prostitution d'une adolescente. La critique a été assez contrastée, certains jugeant le film trop voyeuriste ou carrément pornographique (comme le Nouvel Obs entre autres), d'autres affichant tout le contraire en présentant le film comme étant subtil et intelligent (comme Télérama par exemple).
Personnellement, j'ai plus été du second avis tant le film ne donne, à aucun moment, de leçons ni d'explications sur le choix de cette adolescente.

[...]

Lire la suite sur multi-prises.fr

 

James Bond : ma critique sur la nouvelle saga

Une chronique cinéma pour traiter d'un film actuellement au cinéma, le nouveau James Bond : Skyfall.

James bond
Un flingue, des femmes, des voitures, un Bond
et une légère dose de testostérone

Avant de parler de ce 23ème opus, je voudrais revenir sur le nouveau cycle entamé avec l'arrivée de Daniel Craig (le 6ème acteur à interpréter James Bond), qui correspond, selon moi à une cassure nette avec le genre vieillissant et moribond de la licence 007.

Avant Casino Royale (qui est le premier film du nouveau cycle avec Daniel Craig), je voyais les films de James Bond plus comme une sorte d'hommage nostalgique à l'époque de la guerre froide. Le schéma classique du bloc de l'est affrontant celui de l'ouest était, même avec les films interprétés par Pierce Brosnan, la trame narrative classique de tous ces opus. Jusqu'alors Bond représentait un agent secret dans ce qu'il a de plus "classe" : belles voitures, beaux costumes, un dragueur hors pair, toujours avec un verre de Martini-vodka (mélangé au shaker, pas à la cuillère), se débarrassant de ses ennemis avec un coup de révolver, sans effusion de sang.

L'image de Bond était donc presque celle d'un super héros, symbole ultra-machiste d'un homme, un vrai, riche, fort séduisant et intelligent qui sauve la monde.

Le problème avec cette image c'est qu'elle a réellement fait son temps. Déjà la scission est-ouest n'existe plus, ensuite le schéma machiste véhiculé par Bond est réellement devenu cliché voire kitch. Même si j'ai toujours autant de plaisir à regarder les anciens 007 (ça dépend, il y en a aussi de très mauvais), j'avoue que ce type de scénarios devient, à force, lassant.

Par ailleurs, l'arrivée de licences concurrentes, nettement plus "fraiches", telles que la trilogie Jason Bourne (la mémoire dans la peau, la mort dans la peau, la vengeance dans la peau) ont réellement mis James Bond au placard, dans la catégorie "antiquités à dépoussiérer de temps à autre".

C'est alors que sort, en 2006, Casino Royale, premier volet du cycle Daniel Craig, qui casse littéralement les codes de l'agent 007 et ce pour plusieurs raisons.

Lire la suite de l'article sur multi-prises.fr

Exposition multi-prises, vendredi 1er juillet 2011 à 18h30

multiprises.jpg

Norbert Métairie, Maire de Lorient
Emmanuelle Williamson, Adjointe au Maire
Gilbert Gramoullé, Président de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne
Philippe Hardy, Directeur de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne
Pierre Cochard, Directeur du site de Lorient

ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition

multi-prises

vendredi 1er juillet 2011 à 18h30
à l’Ecole Européenne Supérieure d’Art de Bretagne – site de Lorient

Multiprises est l’exposition de fin d’étude des étudiants de 5ème année, promotion 2010-2011 :
Simon Augade, Mathilde Bernard, Marion Brossard, Thomas Daveluy, Jonas Delhaye, Gwendal Deshayes, Nastasja Duthois, Nadège Gandon, Arnaud Goualou, Cécile Guillou, Jérémy Leudet, Carole Morhan, Doriane Rio, Claire Vergnolle.
Multiprises, le site : http://multi-prises.fr

Exposition du lundi 4 au vendredi 29 juillet 2011.
Ouverture du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

École européenne supérieure d’art de Bretagne – site de Lorient
1 avenue de Kergroise – 56100 LORIENT
tel. : 02.97.35.31.73 – fax. 02.97.35.31.79
http://esa.lorient.fr

Vous pouvez aussi télécharger le carton d'invitation au format PDF

L'affiche, c'est moi qu'ai fait :p

Multi-prises

logo_blog.jpgPour préparer notre exposition de fin d'année et la sortie de l'école, notre promotion a décidé de mettre en place une plateforme collective sur le web. Cette plateforme est composée de pages personnelles* (chacun à la sienne) gravitant autour d'un blog commun à tous.

Le blog nous permettra de nous tenir au courant des activités de chacun dans les mois à venir et de se passer des informations relatives aux travaux que l'on fait en commun.

Nous avons choisi un nom pour la plateforme qui fait aussi office de titre pour notre exposition de fin d'année : multi-prises. Nous avons aussi créé un logo (tout le monde en a fait un et nous avons voté pour le meilleur).

Le blog est propulsé par dotclear et les parties perso sont un template que j'ai créé moi-même en php (donc il y a surement des bugs :) ). L'idée pour les parties perso était de pouvoir mettre un texte de présentation et quelques images pour donner une idée de notre travail. Le but de ces parties n'est pas de se substituer à un vrai site web, mais juste de proposer un aperçu de la pratique de chacun.

N'hésitez pas à faire un tour et à laisser vos commentaires!

*pour les pages personnelles: Arnaud Goualou - Carole Morhan - Cécile Guillou - Claire Vergnolle - Dimitri Kiosseff - Doriane Rio - Gwendal Deshayes - Jérémy Leudet - Jonas Delhaye - Mahé Donin - Marion Brossard - Mathilde Bernard - Nadège Gandon - Nastasja Duthois - Simon Augade - Thomas Daveluy