Parallèles

Mot-clé - saumede

Retour d'exposition

Voici quelques images de l'exposition Ce que les chèvres n'ont pas encore mangé qui s'est déroulée à Nantes...

Accrochage

Salle d'exposition vide
Début d'accrochage Début d'accrochage Début d'accrochage
En cours d'accrochage
Fin d'accrochage

Exposition

Entrée de l'exposition Entrée de l'exposition Vue de la salle
Vue d'ensemble de la salle
Parties de Castro - Par Simon Guiochet Mon paysage - Par Simon Guiochet Projection depuis le plafond
Peinture d'Adrien Autovia - Par Jonas Delhaye Autovia - Par Jonas Delhaye Autovia - Par Jonas Delhaye
Zootrope - Par Simon Guiochet Zootrope - Par Simon Guiochet Peinture d'Adrien Intrication - Par Thomas Daveluy, Le tour de Saumède - Par Guillaume Lepoix

Vernissage

Vernissage Vernissage Vernissage
42 minutes - par Thomas Daveluy La procession - Par Guillaume Lepoix La procession - Par Guillaume Lepoix
Performance de clôture Performance de clôture Intrication - Par Thomas Daveluy, Le tour de Saumède - Par Guillaume Lepoix

Exposition : ce que les chèvres n'ont pas encore mangé

carton d'invitation expo nantes

Compte-rendu d’une résidence artistique au village de Saumède (Galice).
En partenariat avec l’Association Cultural y Artistica de Saumede (ACAS), les artistes du Collectif Oodaaq ainsi que leurs invités, exposent leurs travaux réalisés durant le mois de septembre 2012.

Exposition les 12, 13 et 14 octobre 2012 au 23 rue de la Ville En Bois à Nantes.

Artistes présents : Thomas Daveluy - Jonas Delhaye - Simon Guiochet - Solenne Jost & Nolwenn Le Tallec - Guillaume Lepoix

Quelques dates :

VENDREDI 12 OCTOBRE

18h30 vernissage de l’exposition*
21h00 concert au Melocotton** (MOON QUP cantatrice sur bouclettes instrumentales - SUBURB ANIMAL luthier électronique)

SAMEDI 13 ET DIMANCHE 14

13-21h ouverture de l’exposition
15-17h ateliers (ZOOTROPE (VIDÉO) Comprendre les images en mouvement - TÉLÉTRANSPORTATION (PHOTO) Réalisation d’un film d’animation) Inscription 10€ - Renseignements : 06 23 16 63 97

DIMANCHE 14

20h00 vidéo-concert (8KELT sample électro-accoustique) à La Ville En Bois* (2€)

Téléchargez le carton d'invitation au format PDF

42 minutes

42 minutes c'est le temps que met l'eau qui provient de l'ancien moulin à l'abandon à atteindre le jardin collectif du village de Saumède.

Ce petit cours d'eau est extrêmement précieux puisqu'il fournit la seule source d'eau du jardin qui permet aux résidents de se nourrir à peu de frais.
En plus des débris (branches, glands, herbes) qui bouchent le canal et réduisent le débit de l'eau, le village doit partager cette eau avec différents habitants des environs certains jours. Au final, le jardin de Saumède n'a accès à l'eau que 4 jours sur 7 grâce à ce petit canal dont l'existence est fragile et le débit très variable.

Cette vidéo retrace donc le cheminement de l'eau le long de ces quelques kilomètres, tout en jouant sur un rapport d'échelle et de déformation du aux gouttes d'eau collées à l'objectif.

*****

Quelques éléments de travail, les deux bateaux qui ont servi pour faire flotter la caméra :

Première version du bateau Première version du bateau Première version du bateau : gros plan sur la caméra miniature
Deuxième version du bateau : plus légère et plus naviguable Deuxième version du bateau Deuxième version du bateau

Intrication

En physique quantique l'intrication est un phénomène observé dans lequel deux objets (ou plus), bien que spatialement séparés se voient avoir les mêmes propriétés physiques.
En gros, même s'ils sont séparés par de grandes distances spatiales, les deux systèmes ne sont pas indépendants et il faut les considérer comme un système unique.
Il est aussi possible de voir les choses dans l'autre sens : l'intrication induit qu'un élément peut être dans plusieurs états à la fois (principe du chat de Schrödinger).

   
Cette vidéo, réalisée durant ma résidence à Saumède en Galice, fonctionne exactement de cette manière, en divisant l'écran afin d'emprunter tous les chemins possibles qui mènent de l'entrée au point de vue le plus culminant du village.
Chaque fois que le chemin emprunté se sépare, l'écran se divise et chaque partie emprunte l'un des deux parcours.
Au final, il se créé une composition au sein de ces découpes verticales, composition qui n'est pas fonction de choix esthétiques, mais fonction de la géographie du lieu.
Par ailleurs cette composition, divisée de manière verticale se retrouve rassemblée de manière horizontale par la ligne d'horizon, volontairement centrée la plupart du temps.

*****

Quelques éléments de travail :

Carte du village avec numérotation des sections   Découpe chronologique des séparations en fonction de la carte

Vu du projet de travail sous After Effects Vue du travail du remontage et calage sonore sous Première

Résidence à Saumède (Galice)

IMGA0583.JPG

C'est par l'intermédiaire de l'Oeil d'Oodaaq que j'ai découvert l'existence du village de Saumède en Galice.

Il s'agit d'un ancien village abandonné que des français ont entrepris de réhabiliter afin d'y vivre et de monter des projets culturels et associatifs. Introuvable sur Google Maps, il se situe juste à côté de Célanova et dispose d'un accès à l'électricité et à l'eau courante.

Le village organise tous les ans un festival durant l'été, mais cette année la nouveauté a été la mise en place d'une résidence au mois de septembre, conviant plusieurs jeunes artistes à venir y travailler durant 2 semaines.

J'ai donc décidé de me joindre à l'aventure (accompagné de Jonas Delhaye et Guillaume Lepoix) et c'est au milieu des poules, des chèvres, des ânes et des ruines que nous nous sommes installés durant ces quinze jours.

Le village

Actuellement seule une des maisons du village est entièrement réhabilitée. Elle sert de cuisine, de salle de séjour et offre 3 chambres pour les résidents annuels. Les festivaliers ou les artistes en résidence doivent aller dormir sous les tentes dans le camping du village au milieu duquel un âne broute bruyamment (surtout la nuit).

Le lieu de travail dédié aux artistes se situe à l'arrière du village, juste à côté des tentes, il est constitué d'une table, d'une rallonge électrique et deux canapés posés sur un sol recouvert de paille. Un lieu de travail aussi insolite que génial.

Pour la nourriture, on essaye de se servir au maximum des fruits et légumes offerts par le jardin (qui est bien beau et assez grand) ainsi que des courses faites régulièrement dans la ville voisine. Les nouveaux arrivants se voient attribuer une couleur (qui est désignée en fonction de leur date de naissance et du calendrier maya -je crois-) qui définit leur tour de cuisine (tous les 4 jours environ). Sur les deux semaines de résidence, chacun a rivalisé d’imagination pour faire des plats plus excellents les uns que les autres. Comme quoi avec peu de choses on peut faire de vrais festins tous les jours.

La résidence

Au final, je dois dire que je suis réellement charmé par cette résidence. L'accueil a été des plus chaleureux (j'ai en ce moment même encore le souvenir de notre départ et des adieux interminables), même malgré la barrière de la langue (je ne parle pas un mot d'espagnol), le cadre de travail est exceptionnel et le lieu est vraiment rempli de surprises. J'encourage tout jeune artiste désireux de se retrouver dans un cadre non institutionnel à participer à cette résidence qui se déroule tous les ans au mois de Septembre.

Le seul bémol aura été le temps ; deux semaines étant bien trop courtes pour réellement investir le lieu et entamer un travail en profondeur. J'ai tout de même réussi à produire deux vidéos dont je suis assez satisfait (je publierai deux autres billets dédiés à ces productions plus tard).

Une chose est sûre : j'y retournerai l'année prochaine !

DSC_0226.JPG DSC_0219.JPG 2012-09-1016.18.11.jpg
DSC_0603.JPG DSC_0611.JPG 14h.JPG
2012-09-1109.06.46.jpg DSC_0141.JPG DSC_0086.JPG
2012-09-1615.17.14.jpg 2012-09-1812.26.05.jpg DSC_0078.JPG
DSC_0085_2.JPG DSC_0744.JPG DSC_0743.JPG