Parallèles

Mot-clé - art

Vernissage de l'exposition Art & Numérique à Brest et présentation de Naufrage en VR

Invitation Exposition Art & Numérique

François Cuillandre
Maire de Brest

est heureux de vous inviter au vernissage de l’exposition
 

Art et Numérique - Brest


De Thomas Daveluy, Margaux Germain, Diane Grenier, Jean-Benoît Lallemant,
Guillaume Lepoix, Gaëlle Retière et Elise Sorin
 

le vendredi 9 décembre 2016
Maison de la Fontaine
18 rue de l’Eglise
à 18 heures 30

Exposition ouverte du 9 décembre 2016 au 14 janvier 2017 de 14 h 30 à 17 h 30
du mardi au samedi Fermé les dimanches, lundis et jours fériés
 



Une session de présentation de Naufrage en réalité virtuelle
se déroulera le samedi 10 décembre de 14h30 à 17h30.
Venez nombreux !

Naufrage aux Atelier Ouverts 2016

Une nouvelle version publique pour Naufrage (Alpha 2)

Dévoilée en décembre dernier la première Alpha de Naufrage présentait les bases du jeu et le début de l'aventure pour les curieux. Avec un stade de développement très limité, cette première version publique ne possédait pas de son ni d'importants éléments de gameplay. Aujourd'hui, après 4 mois de travail supplémentaire, une seconde Alpha voit le jour avec de nombreux changements...

 

Des graphismes améliorés

Un travail sur les textures, l'éclairage et les effets a été apporté pour donner un aspect plus détaillé et chaleureux à l'ensemble du jeu. En plus d'une optimisation (pour les performances), c'est l'ambiance du jeu qui profite le plus de ces améliorations :
 

Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1 Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1
Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1 Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1 Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1
Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1 Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1 Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1
Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1 Naufrage - Alpha 2 VS Alpha 1

 

Du son

Partie cruellement manquante dans l'Alpha 1, des bruitages et de la musique ont enfin été ajoutés. Entre les bruits de pas, de l'océan ou les musiques envoutantes réalisées par le musicien David Bideau, le jeu prend vie par son ambiance sonore et dévoile des moments de contemplation pure par le biais de monolithes répartis sur l'île :
 


 

Un scénario qui progresse...

Les textes des personnages ont été entièrement réécrits par Delphine Balligand. Même s'il reste encore de grosses surprises à venir pour la prochaine version, le jeu présente un scénario plus compréhensible et cohérent. L'Alpha 2 propose même d'aller plus loin dans la progression de l'aventure...

 

Une compatibilité avec les casques de réalité virtuelle

Initialement la deuxième Alpha devait sortir début avril. Le prêt d'un Oculus Rift par un développeur (Manuel Masiello, merci à lui), m'a permis de découvrir que la réalité virtuelle collait parfaitement à l'ambiance du jeu. L'expérience se prête totalement à un jeu contemplatif comme Naufrage. La compatibilité avec la VR nécessitant quelques changements, la sortie de cette deuxième mouture a été décalée d'un mois. Même si la compatibilité avec d'autres casques que l'Oculus Rift n'est pas assurée, elle est tout à fait possible et ne devrait pas poser de soucis.
 

Naufrage sur Oculus Rift  Naufrage sur Oculus Rift

 

Vous pouvez télécharger cette nouvelle version via le formulaire sur la page dédiée ou en m'envoyant un email directement.

Hospitalités - retours d'exposition

L'exposition Hospitalités prend fin. La plupart des pièces, conçues spécialement pour l'occasion, vont être détruites pour laisser le Site Abbatial de Saint Maurice tel que nous l'avons trouvé. Il restera malgré tout un projet qui aura marqué le territoire et de nombreuses images...

Mapping vidéo en Angleterre

Un projet de maping vidéo réalisé en collaboration avec Guillaume Lepoix dans la ville King's Lynn (Norfolk, Angleterre). Suite à une résidence de 4 jours sur place, dans le cadre du programme Interreg, nous avons réalisé cette vidéo qui sera diffusée régulièrement durant deux ans à cet endroit. Intitulée Ecosystème / Ecosystem, elle propose de créer un cyle où la banque tombe en ruine et renait de ses cendres en repoussant.

 

Multi-Prises expose à Pont-Scorff

Les 12, 13, 14 et 19, 20, 21 décembre 2014, le centre d'art l'Atelier d'Estienne invite l'association Multi-Prises pour une carte blanche dans le cadre de le fête des lumières !

 

Intitulée "La société des lumières", cette exposition collective se déroulera dans 3 chapelles de Pont-Scorff dès la nuit tombée.

la-societe-des-lumieres.jpg.

Pour plus de détails et la programmation exacte, rendez-vous sur le site de l'atelier d'Estienne.

Une vision des artistes plasticiens en France

mda.jpgJe viens de rédiger un article en deux parties sur le webzine de mon association Multi-Prises où je fais état de la condition d'artiste plasticien en France.
Précarité, magouilles, administration tordue et perdue, sont au coeur du quotidien d'un artiste plasticien. C'est ce vécu que j'ai tenté de décrire dans cette première partie (une seconde proposant des perspectives pour l'avenir arrivera d'ici quelques jours) où je tente d'apporter un éclairage pour ceux qui en savent pas ce qu'est être artiste plasticien en France. Pour ceux qui vivent, comme moi, ce quotidien, ce peut être aussi l'occasion de partager une expérience que je pense commune.

Les deux parties des articles sur Multi-Prises : Etre artiste en France - Partie 1 : Et toi tu fais quoi ? - Etre artiste en France - Partie 2 : Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?

« Et toi, tu fais quoi ? »

Question piège, à laquelle j'ai toujours beaucoup de mal à répondre. Alors je déroule mon rituel : un petit silence de quelques secondes, une lente respiration, un sourire forcé, puis je réponds « alors moi c'est compliqué... »

Pourquoi est-ce si compliqué d'avouer que l'on est artiste ? Pourquoi me sentirais-je gêné d'avouer ma véritable profession, puisqu'après tout j'ai les diplômes, le numéro de SIRET, j'ai tous les papiers qui prouvent légalement que je suis artiste plasticien, enregistré à la Maison des Artistes. En vérité ce malaise en cache un bien plus profond : la profession d'artiste plasticien n'existe pas vraiment en France.

Lorsqu'on choisit une filière artistique après le lycée, on est prévenu dès le départ « oulalaaaaa » nous disent les conseillers d'orientation, « oulalaaaa » nous disent nos parents, « oulalaaaa » nous dit la société en général.
Oulalaaa parce que cette filière ne rentre dans aucune case, les conseillers ne savent pas quels documents nous donner pour nous aider à se vendre sur le marché du travail, les parents s'inquiètent de notre avenir, et c'est clairement un problème qui va se poser pour trouver sa place dans la société. Pourtant j'ai choisi le chemin le plus sûr en choisissant une école publique : un Master en poche et mes papiers d'affiliation à la maison des artistes validés, me voilà totalement en règle pour faire valoir mon métier d'artiste plasticien.

Et c'est là que les problèmes commencent..

Lire la suite sur le site...

Installation : à fleur de peau

A fleur de peau est une installation vidéo réalisée lors de l'exposition l'Âge de Faire à l’Écurie (Saint Jean Brévelay).


[2014] A fleur de peau par I7b

 

L'installation est composée d'un plancher sur lequel est reprojeté sa propre image, contrastée et saturée.
Lentement, au rythme d'une respiration, l'image alterne entre grands aplats blancs et la texture exagérée. De cette manière, se crée un rythme qui oscille entre une décomposition, comme si le plancher vieillissait et se faisait dévorer par de la moisissure et un état de rajeunissement, où le blanc vient lisser les planches de ce sol déjà hors d'âge.

Le principe de cette projection repose une fois encore sur la notion de texture, déjà présente dans Echo² ou dans d'autres pièces que j'ai pu réaliser en installation. Le plancher, en devenant le support de sa propre image, met en lumière ses spécificités. Les nervures du bois, les imperfections, les zones teintées différemment, sont alors soulignées par la vidéoprojection.

 

A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014
A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014
A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014 A fleur de peau - Installation par Thomas Daveluy - Juin 2014

Nouvelle vidéo : Echo²


[2014] Echo² par I7b

 

Echo² est la poursuite du travail de superposition et de compression de l'espace vidéo déjà entamé entre autres dans Echo (2011).

Voilà déjà plusieurs années maintenant que je poursuis ce travail, presque politique, sur l'envie de contredire l'idée reçue que le numérique est quelque chose d’immatériel, de flottant. Je n'ai que trop souvent entendu dire (même lors de mon diplôme) que mon travail, de part le fait qu'il se fait sur des supports numériques, était très éloigné du travail manuel collé à l'artiste, avec cette vieille définition du XIXème de l'artiste virtuose faisant de l'or avec ses mains. Aujourd'hui, même si cette définition correspond plus à l'artisanat, on entend encore de vieux réflexes archaïques : "Oui, mais vous ne touchez pas de vos mains". Le débat est stérile mais les clichés ont la vie dure et c'est aussi pour cette raison que je continue, avec acharnement, à réaliser ces vidéos mélangeant un travail très technique et une ouverture sur un rendu plus poétique.

Dans la précédente version de 2011, je me contentais de remettre chaque image en fonction de sa position par rapport à la précédente. La séquence révélait alors chaque image du film (chaque ligne correspondant à une image, 25 lignes représentent 1 seconde de film) mettant en avant la composante première de la vidéo : une suite d'images fixes.

Cette fois-ci la technique va plus loin, en replaçant de manière beaucoup plus précise chaque image du film à l'endroit exact où elle a été filmée. Comme pour Echo (premier du nom), il se dessine une sorte de couloir, correspondant à un portrait de la séquence vidéo. Ici j'ai usé de techniques de motion capture, avec des outils que l'on retrouve dans le cinéma, afin d'obtenir un couloir qui dessine exactement le trajet que j'ai parcouru lorsque j'ai filmé. De cette manière j'obtiens un couloir en 3D devant lequel je place une caméra fixe qui observe ainsi le film partir à l'horizon.

bateau-atelier.jpg



Au final le rendu s'avère très différent de la première version, puisque l'espace vidéo est beaucoup plus discernable. Chose étrange, il y a presque deux parties qui se dessinent : la partie haute, qui s'ouvre sur un univers très pictural, non sans rappeler les reflets des arbres dans les peintures de Monet. On retrouve un amalgame que j'avais déjà souligné dans d'autres de mes vidéos où la matière numérique, composée de pixels se rapproche énormément du pointillisme.

 

TombRaider1.jpgA cette partie, très liquide, vient se heurter la seconde moitié de l'image, avec des éléments plus grossiers, mais plus discernables (je veux dire par là moins abstraits). On retrouve ici une des composante de la matière vidéo/numérique : les pixels. J'aime faire le parallèle avec Tomb Raider (plusieurs personnes me l'ont aussi indiqué spontanément, donc je ne pense pas me tromper) ou tout autre jeu datant de cette époque du tournant de la 3D avec un affichage très flottant et pixelisé (j'en parle d'ailleurs ici dans mon article sur Standalone Post).

 

Au final, le but premier de l'ensemble de mon travail me semble atteint : montrer les spécificité de cette matière numérique, présenter son ouverture sur un univers vaste et infini tout en insistant que le numérique EST matériel, puisqu'il est manipulable, transformable et que ses enjeux plastiques peuvent être transposables à d'autres types d'art.

 

1901-02allee_jardin_giverny.jpg
Allée du Jardin de Giverny, 1901, Claude Monet

L'âge de faire, une exposition collective à l'Ecurie

_DSC00253.jpg

 

Affiche l'âge de faireL'Âge de Faire est une exposition à laquelle je participe avec quatre autres artistes de mon association. Le temps d'un week-end, du 7 au 9 juin 2014, nous investissons l’Écurie, lieu d'exposition à Saint-Jean Brévelay (56).

L'Âge de Faire... des bêtises, des histoires, des rêves, des jeux, des envies...

Lâchez un groupe d'enfants dans un grenier, ils vous en feront un royaume. Celui de la création. Qui, plus jeune, ne s'est pas construit un repaire secret ? Un grenier, une cave, un arbre, une chambre, aucune frontière à notre imagination. S'emparer d'un lieu, écouter ce que les murs nous murmurent à l'oreille afin d'y faire "récit". Devenir capitaine sur le pont d'un bateau, les draps fleuris de mamie battant dans l'aire de notre imaginaire. Raconter ou se raconter, voilà le choix des artistes de Multi-Prises.

Pour cette occasion, cinq d'entre eux s'installent, les maîtres d'écurie leurs ont donné les clés du château. Ils poussent les meubles, roulent les tapis, emballent la faïence et décrochent les tableaux. Place aux artistes. Maintenant c'est à eux de faire...

Plus de détails sur le site de Multi-Prises...

 

Quelques images de ce que j'y présenterais :

Echos n°2 Surface Arbres

Merci !

Je viens de terminer de réaliser Les Oiseaux - variation #1.

Ce fut difficile, contraignant et réellement fatiguant de réaliser cette pièce en seulement 3 mois. J'ai bien failli tout arrêter bien des fois, mais, grâce à ceux qui m'ont soutenu, aidé, remonté le moral durant les moments de doute, j'ai pu aboutir à ce résultat à la hauteur de mes attentes. A tous je vous dis merci :

  • L'EESAB - Site de Lorient, pour la mise à disposition de locaux et l'aide logistique et technique
  • La communauté Emmaüs de Rédéné (29), Vannes (29), Brest (29) et Trignac (44), pour les télévisions
  • Christophe Hamon, pour avoir réalisé les soudures de l'arche
  • Guillaume Lepoix, Laure Cotten, Alexandre Gouraud, Barbara Filâtre, Nicolas Desverronnières, Marion Bailly-Salin, Antoine Trouvé, Delphine Carré, Jonas Delhaye, pour leur soutien et leur aide inestimable
  • Ma famille, pour le soutien, l'aide logistique et les conseils précieux.
  • Raoul Datolla, pour le prêt de matériel vidéo

La première présentation officielle de la pièce se fera le samedi 30 novembre à la galerie Hélène Bailly à Paris.