Parallèles

Mot-clé - atelier

Filmez court, cadrez serré - un projet mené avec le FRAC Bretagne, les Champs libres et le Musée de Bretagne

J'ai été invité par le FRAC Bretagne, les Champs Libres et le Musée de Bretagne à réaliser et à animer des stages vidéos avec des jeunes (14 à 17 ans).

Voici leur film :

Filmez court, cadrez serré ! from Frac Bretagne on Vimeo.

Un projet ambitieux

Dans le cadre d'un projet national (les portes du temps), cet atelier faisait découvrir aux jeunes l'espace du musée, une introduction à l'art en général, le tout en les faisant participer à la réalisation de leur propre film.

D'une durée de 4 jours par stage, les jeunes devaient ainsi visiter l'exposition du lieu dans lequel ils travaillaient (exposition de Raymond Hains au FRAC, L'instant de voir aux Champs Libres, Quand l'habit fait le moine au Musée de Bretagne), puis commencer à réaliser un scénario, des décors et des histoires en prélevant des éléments dans l'espace d'exposition.

Filmez-court, cadrez serré Stage 2 Stage 2 Stage 3 Stage 2 Stage 2 Stage 2 Stage 2
Stage 2 Stage 2 Stage 2 Stage 2 Stage 1 Stage 1 Stage 1 Stage 1
Stage 1 Stage 3 Stage 3 Stage 1

Le résultat donne un unique film en trois actes d'une très grande qualité. Les jeunes ont véritablement saisi le défi à bras le corps et ont dépassé nos espérances.
Nous nous attendions à un résultat de 3-4 minutes par stage. La créativité débordante des jeunes nous a littéralement submergé en offrant un film de plus de 20 minutes (soit environ 8 minutes par atelier).

Au final, les jeunes ont assisté à la projection de leur film le 16 septembre dernier aux Champs Libres, puis sont repartis avec leur film en DVD et avec des images plein la tête.

Si vous voulez plus de détails, n'hésitez pas à faire un tour sur le blog spécialement consacré au projet : filmez-court, cadrez serré.

Résidence à Saumède (Galice)

IMGA0583.JPG

C'est par l'intermédiaire de l'Oeil d'Oodaaq que j'ai découvert l'existence du village de Saumède en Galice.

Il s'agit d'un ancien village abandonné que des français ont entrepris de réhabiliter afin d'y vivre et de monter des projets culturels et associatifs. Introuvable sur Google Maps, il se situe juste à côté de Célanova et dispose d'un accès à l'électricité et à l'eau courante.

Le village organise tous les ans un festival durant l'été, mais cette année la nouveauté a été la mise en place d'une résidence au mois de septembre, conviant plusieurs jeunes artistes à venir y travailler durant 2 semaines.

J'ai donc décidé de me joindre à l'aventure (accompagné de Jonas Delhaye et Guillaume Lepoix) et c'est au milieu des poules, des chèvres, des ânes et des ruines que nous nous sommes installés durant ces quinze jours.

Le village

Actuellement seule une des maisons du village est entièrement réhabilitée. Elle sert de cuisine, de salle de séjour et offre 3 chambres pour les résidents annuels. Les festivaliers ou les artistes en résidence doivent aller dormir sous les tentes dans le camping du village au milieu duquel un âne broute bruyamment (surtout la nuit).

Le lieu de travail dédié aux artistes se situe à l'arrière du village, juste à côté des tentes, il est constitué d'une table, d'une rallonge électrique et deux canapés posés sur un sol recouvert de paille. Un lieu de travail aussi insolite que génial.

Pour la nourriture, on essaye de se servir au maximum des fruits et légumes offerts par le jardin (qui est bien beau et assez grand) ainsi que des courses faites régulièrement dans la ville voisine. Les nouveaux arrivants se voient attribuer une couleur (qui est désignée en fonction de leur date de naissance et du calendrier maya -je crois-) qui définit leur tour de cuisine (tous les 4 jours environ). Sur les deux semaines de résidence, chacun a rivalisé d’imagination pour faire des plats plus excellents les uns que les autres. Comme quoi avec peu de choses on peut faire de vrais festins tous les jours.

La résidence

Au final, je dois dire que je suis réellement charmé par cette résidence. L'accueil a été des plus chaleureux (j'ai en ce moment même encore le souvenir de notre départ et des adieux interminables), même malgré la barrière de la langue (je ne parle pas un mot d'espagnol), le cadre de travail est exceptionnel et le lieu est vraiment rempli de surprises. J'encourage tout jeune artiste désireux de se retrouver dans un cadre non institutionnel à participer à cette résidence qui se déroule tous les ans au mois de Septembre.

Le seul bémol aura été le temps ; deux semaines étant bien trop courtes pour réellement investir le lieu et entamer un travail en profondeur. J'ai tout de même réussi à produire deux vidéos dont je suis assez satisfait (je publierai deux autres billets dédiés à ces productions plus tard).

Une chose est sûre : j'y retournerai l'année prochaine !

DSC_0226.JPG DSC_0219.JPG 2012-09-1016.18.11.jpg
DSC_0603.JPG DSC_0611.JPG 14h.JPG
2012-09-1109.06.46.jpg DSC_0141.JPG DSC_0086.JPG
2012-09-1615.17.14.jpg 2012-09-1812.26.05.jpg DSC_0078.JPG
DSC_0085_2.JPG DSC_0744.JPG DSC_0743.JPG